retour article original

mardi 27 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Egypte
AP, 7 décembre 2005

Egypte : Deux personnes tuées dans des affrontements avec la police


Vue du Caire

ZAGAZIG, Egypte (AP) - Violence électorale en Egypte. Deux personnes ont été tuées dans des affrontements avec la police, à l’occasion du dernier jour du scrutin législatif, a-t-on appris de source hospitalière.

Egypte


Les forces de l’ordre ont tiré des balles en caoutchouc et des grenades lacrymogènes pour empêcher des électeurs de parvenir à des bureaux de vote. Des partisans du gouvernement, armés de couteaux, de bouteilles et même de machettes, ont pris à partie des électeurs qui faisaient la queue pour voter, ce qui a déclenché des affrontements avec des partisans des Frères musulmans, principale formation de l’opposition. Dans la localité de Damietta dans le Nord, deux hommes ont trouvé la mort dans les affrontements avec les forces de l’ordre, a indiqué le Dr Mohammed Balboula de l’hôpital local. Le ministère de l’Intérieur ne confirmait pas l’information. Les forces de l’ordre ont aussi bouclé des bureaux de vote à Sohag, dans le Sud, frustrant ainsi plusieurs centaines d’électeurs.

Des électeurs se font agresser par les hommes de main du pouvoir, à Alexandrie, le 20 novembre 2005

Selon la police, au moins 130 personnes ont été blessées dans les violences qui ont affecté quatre provinces ; il y a eu plus de 80 arrestations. Le ministère de l’Intérieur a indiqué dans un communiqué que les "opérations de vote se déroulaient normalement" à l’exception d’une dizaine de bureaux de vote où, selon lui, des voyous proches des Frères musulmans étaient à l’origine de désordres. "La police protège les présidents (qui supervisent les bureaux de vote) et aide les électeurs à accéder aux urnes", selon ce communiqué.

Un bureau de vote bloqué par des policiers anti-émeute, à Alexandrie, le 26 novembre 2005

Les élections égyptiennes, qui ont débuté en novembre, se sont déroulées en trois étapes, le dernier jour étant mercredi 7 décembre 2005. Les partisans du gouvernement ont tenté par la violence de contrecarrer la montée en puissance des Frères musulmans qui avant mercredi avaient déjà multiplié par cinq leur représentation au Parlement. Washington, pourtant proche allié du Caire, a durement critiqué l’attitude des autorités, n’hésitant pas à parler d’"intimidation et (de) harcèlement", ainsi que d’excès contre les scrutateurs et les électeurs.

Associated Press

Manifestation du mouvement Kefaya, au Caire, le 6 décembre 2005

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source