retour article original

vendredi 24 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Haïti (3ème partie) : Mars 2004
AP, 4 mars 2004

Les 15 pays membres du Caricom (la Communauté économique caribéenne) refusent d’être les complices des Etats-Unis et de la France à Haïti


Vue de Kingston

KINGSTON, Jamaïque (AP) - Dénonçant le fait que le président haïtien Jean-Bertrand Aristide ait été contraint, selon eux, par la force à fuir son pays, les 15 pays membres du Caricom, la Communauté économique caribéenne, ont annoncé mercredi qu’ils ne fourniraient pas de troupes à la force de maintien de la paix de l’ONU.

Quand la stupidité le dispute au cynisme : grossière mise en scène destinée aux médias internationaux, à Port-au-Prince, le 3 mars 2004. D’authentiques Haïtiens auraient rédigé ce graffiti en créole...


Le Premier ministre jamaïcain P.J. Patterson, qui présidait à Kingston un sommet extraordinaire consacré à la crise haïtienne, a déclaré que les dirigeants des Caraïbes étaient "extrêmement déçus" par l’implication de "partenaires occidentaux" dans le départ précipité de M. Aristide. Celui-ci dit avoir été enlevé par les forces américaines.

P.J. Patterson

M. Patterson s’est interrogé sur les raisons qui ont poussé le Conseil de sécurité à ignorer l’appel urgent lancé jeudi par le Caricom pour l’envoi de casques bleus en Haïti.

"Nous estimons que nous avons présenté des arguments irréfutables au Conseil de sécurité jeudi dernier. Le Conseil n’y a pas répondu", a souligné le chef du gouvernement jamaïcain. "Nous observons que ce qui était impossible jeudi 26 février a pu se réaliser dimanche 29 février 2004, lors d’une réunion d’urgence. Nous sommes déçus à l’extrême par l’échec de cette action."

"Dans les circonstances présentes, les leaders (du Caricom) n’envisagent aucune participation dans la force internationale de maintien de la paix autorisée par le Conseil de sécurité", ont fait savoir les dirigeants caribéens dans la déclaration finale du sommet de Kingston.

US Marine prêt à tirer à la mitrailleuse sur la population haïtienne, à Port-au-Prince, le 3 mars 2004

Actuellement, plus de 1.700 soldats sont présents dans la capitale haïtienne, avec 1.100 soldats américains et 600 Français. A terme, ce nombre devait s’élever à 5.000 soldats, mais la décision de la Caricom de ne pas y participer pourrait changer la donne.

Associated Press

Des soldats français, mercredi 3 mars 2004, à Port-au-Prince

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, et si vous souhaitez promouvoir la politique d’intérêt général qu’il préconise, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source