retour article original

jeudi 30 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Côte d’Ivoire (2ème partie) : Du 10 janvier 2005 au 28 décembre (...)
AFP, 17 décembre 2005

Côte d’Ivoire : Le général Poncet "assume" avoir couvert l’affaire Mahé, mais nie être l’instigateur de l’assassinat


Le général Henri Poncet a déclaré, mardi 13 décembre 2005, lors de son audition devant la juge d’instruction, Brigitte Raynaud, qu’il "assume" avoir couvert le meurtre de Firmin Mahé, en Côte d’Ivoire, en mai, pour éviter des violences anti-françaises, a-t-on appris, samedi 17 décembre 2005, de sources proches du dossier.


L’officier général, ancien commandant de la force "Licorne" en Côte d’Ivoire, a indiqué à la magistrate du Tribunal aux armées de Paris (TAP), qu’il assumait avoir couvert l’affaire, mais a "formellement démenti" avoir donné un ordre explicite ou implicite visant à faire tuer Firmin Mahé, ainsi que l’avait déclaré à la presse son avocat Me Jean-René Farthouat. Selon les mêmes sources, le général de corps d’armée a indiqué avoir couvert cette affaire, parce qu’il voulait éviter des violences anti-françaises telles que celles qui avaient suivi des vols commis par des soldats de "Licorne" dans une succursale de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’ouest (BCEAO), à Man, en septembre 2005.

Le colonel Eric Burgaud avait mis en cause le général Poncet devant les enquêteurs et la juge d’instruction. "Vous le remontez à Man. Vous roulez doucement. Vous me comprenez", aurait indiqué le général à son subordonné, après avoir appris la capture de Firmin Mahé, blessé à la jambe, le 13 mai 2005, vers 18h00. Firmin Mahé, présenté par l’armée comme un bandit de grand chemin, est mort étouffé sous un sac en plastique, dans un véhicule blindé léger, après avoir été arrêté par des soldats français. Face à cette mise en cause, le général, qui reconnaît toutefois avoir été en contact téléphonique avec son subordonné, le jour des faits, a répondu à la juge : "Burgaud ment dans les propos qu’il me prête". Selon lui, le colonel cherchait à "se justifier" d’avoir lui-même transmis cet ordre. Interrogé par l’AFP sur ces déclarations concernant son client, l’avocat du colonel Burgaud, Me Alexis Gublin, n’a pas souhaité s’exprimer. Enfin, selon une source proche du dossier, le général interrogé devant la juge par son conseil a indiqué qu’il aurait été "stupide" de donner un ordre illégal à quelqu’un qu’il connaissait depuis environ trois mois seulement.

Le général Poncet a été mis en examen, mardi 13 décembre 2005, pour "complicité d’homicide volontaire" par le juge du Tribunal aux armées (TAP), Brigitte Raynaud. Le colonel Burgaud est poursuivi du même chef, ainsi que le brigadier Lianrifou Ben Youssouf, qui conduisait le véhicule où Firmin Mahé a été tué. Les deux auteurs présumés du meurtre, l’adjudant-chef Guy Raugel et le brigadier-chef Johannes Schnier sont poursuivis pour "homicide volontaire".

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source