retour article original

vendredi 28 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Egypte
AP, 23 décembre 2005

Egypte : Le chef des Frères musulmans qualifie l’Holocauste de "mythe"

Suivi d’un commentaire


Vue du Caire

LE CAIRE (AP) - En écho aux propos négationnistes du président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, le chef des Frères musulmans, principal mouvement d’opposition en Egypte, a qualifié, jeudi 22 décembre 2005, l’Holocauste de "mythe".

Egypte


La semaine dernière, le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a déclaré que l’Holocauste était un "mythe" utilisé par les Européens pour créer un Etat juif au coeur du monde islamique. "Les démocraties occidentales s’en sont pris à tous ceux qui ne partagent pas la vision des sionistes sur le mythe de l’Holocauste", a écrit Mohammed Mahdi Akef dans une tribune hebdomadaire publiée sur le site Internet des Frères musulmans. M. Akef a également accusé les Etats-Unis et d’autres démocraties occidentales de mener une campagne contre l’Islam. "Ces mots ont pour but de mettre à jour la fausse autorité américaine qui est devenue le cauchemar d’un nouvel ordre mondial", a-t-il expliqué.

Mohammed Mahdi Akef

Cette rhétorique dure contraste avec le ton modéré récemment adopté par les Frères musulmans lors des élections législatives en Egypte. Le mouvement avait alors mis de côté ses appels à l’application de la loi islamique en Egypte et s’était présenté comme une formation démocratique. Les Frères musulmans ont créé la surprise en remportant 88 sièges au Parlement égyptien, soit 20 % des sièges.

Associated Press

Manifestation des Frères musulmans, au Caire, le 13 novembre 2005

Commentaire

L’holocauste est un fait historique aussi indéniable que la Seconde guerre mondiale elle-même. Il est avéré non seulement par le témoignage des rescapés, mais également par les archives du gouvernement nazi et les aveux des dirigeants jugés pour crimes contre l’humanité.

Le box des accusés au procès de Nuremberg, en 1946

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’avant la Seconde guerre mondiale l’antisémitisme et le racisme étaient non seulement fort répandus, mais "politiquement corrects" au sein des pays occidentaux. La prétendue "supériorité de la race blanche" était censée justifier moralement le colonialisme. De même, de nos jours, le discours néolibéral sur "les gagnants et les perdants" est censé justifier la politique antisociale des gouvernements à l’encontre de leur propre peuple. Il est révélateur de constater que les Mémoires de guerre des dirigeants Alliés de la Seconde guerre mondiale accordent très peu d’importance à l’holocauste, quand ils ne le passent pas complètement sous silence. Les nazis avaient massacré tant de monde -juifs, tziganes, homosexuels, résistants, otages- que l’holocauste n’apparaissait nullement exceptionnel. De nos jours, on observe le phénomène inverse chez les juifs, qui voudraient presque réduire la Seconde guerre mondiale à l’holocauste, comme si seuls les juifs avaient été victimes, alors que ce conflit a fait 52 millions de morts.

Scène de la libération du camp de Mauthausen, en 1945

A l’issue de la Seconde guerre mondiale, les dirigeants occidentaux ne savaient pas trop que faire de tous les juifs retrouvés dans les camps d’extermination. La plupart de ces juifs auraient souhaité émigrer aux Etats-Unis, mais là-bas, comme partout ailleurs, on ne voulait pas d’un afflux massif de juifs. Cette situation a été mise à profit par le mouvement sioniste, qui visait à créer un "foyer national" juif. On retrouve, dans le sionisme, la logique raciste de l’époque coloniale. Les sionistes ont organisé des filières d’émigration clandestine vers la Palestine, alors sous mandat britannique. Parallèlement, les sionistes ont organisé un trafic d’armes et mis sur pied des organisations terroristes, afin de pouvoir s’imposer aussi bien aux Britanniques qu’aux Palestiniens. Depuis, l’holocauste est devenu un véritable fonds de commerce politique censé justifier l’oppression des Palestiniens par les Israéliens.

Frank BRUNNER

L’Exodus, un navire d’émigrants clandestins juifs, en 1947

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Liens liés a l'article.Le partage de la Palestine et la création d’Israël

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source