retour article original

vendredi 24 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Haïti (3ème partie) : Mars 2004
AP, 5 mars 2004

Haïti : Dominique de Villepin appelle l’ensemble des "forces démocratiques" à se mobiliser


Vue de Paris

PARIS (AP) - Dominique de Villepin a tenu à rappeler, vendredi 5 mars 2004, l’esprit et le cadre dans lesquels Paris exerce son action en Haïti, assurant que la France n’avait "pas d’autre intérêt que la défense de la démocratie haïtienne" et appelant à la mobilisation de l’ensemble des forces qui oeuvrent en faveur de l’établissement d’un Etat de droit.

Dominique de Villepin


Soulignant que la France comptait désormais près de 800 hommes à Haïti dans le cadre de la force multinationale intérimaire répondant aux termes de la résolution 1529 du Conseil de Sécurité de l’ONU, le ministre des Affaires étrangères a précisé que Paris inscrivait "son action dans la durée, au service de la reconstruction d’Haïti" et participerait "également dans une deuxième phase, à la force de stabilisation prévue, force civile de maintien de l’ordre".

"La France, dans l’immédiat, agit de concert notamment avec les Etats-Unis d’Amérique, et fait siens les impératifs, sur le terrain, d’une coordination logistique optimale", a-t-il dit avant de rappeler "dans quel esprit et quel cadre s’exerce son action, hier, aujourd’hui et demain, avec Haïti".

Haïti et Saint-Domingue

En premier lieu, la "France n’a pas d’autre intérêt que la défense de la démocratie haïtienne", a déclaré le ministre, observant que "dès le vote des organes compétents des Nations Unies, elle avait procédé à l’envoi de son contingent".

Transall C-160

Deuxième point sur lequel a insisté Dominique de Villepin : "la France agit au service du droit et de l’intérêt général". "Elle n’est, et ne sera pas là, pour faire la guerre à quiconque, mais pour mieux assurer la sécurité du pays, la tranquillité publique et la paix civile", a-t-il dit, déclarant également que Paris "défend la souveraineté du peuple haïtien, en ce qui concerne tant les décisions que les nominations qui engagent l’avenir d’Haïti".

La France "se réjouit donc de la formation du Conseil tripartite, et réitère son appui à la mise en oeuvre du plan initié par la Caricom et destiné à former au plus tôt un gouvernement d’union nationale et de transition", a-t-il déclaré. "Le destin du peuple d’Haïti appartient aux Haïtiens et à eux seuls".

Dominique de Villepin a également souligné la "priorité" que représentait la défense des droits de l’Homme dans "l’épreuve douloureuse que traverse Haïti".

L’un des "exploits" de Jean-Bertrand Aristide, à Port-au-Prince, le 28 février 2004

Le premier de ces droits, celui à la sécurité personnelle pour chacun, "passe par le désarmement des éléments incontrôlés" et "ne pourra être assuré que par le développement économique et social, auquel notre pays entend apporter une attention toute particulière", a-t-il poursuivi. "Il requiert dans l’immédiat la restauration des services essentiels et l’acheminement d’une aide humanitaire d’urgence".

Le chef de la diplomatie française a aussi appelé "l’ensemble des forces démocratiques haïtiennes à se mobiliser" en faveur de l’établissement d’un "Etat de droit, respectueux des libertés individuelles et publiques" et a jugé "indispensable" un "sursaut" du peuple haïtien en raison de la "gravité de la situation".

"Sur ce chemin, la France, comme les autres représentants de la communauté internationale, ne peuvent qu’ouvrir la voie à l’instauration d’une démocratie politique et économique", a-t-il dit.

Associated Press

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, et si vous souhaitez promouvoir la politique d’intérêt général qu’il préconise, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source