retour article original

mardi 22 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (13ème partie) : De janvier 2006 à juin (...)
AFP, 21 janvier 2006

Proche-Orient : Des prisonniers sont candidats aux élections palestiniennes


RAMALLAH (AFP) - Marwan Barghouthi conduit la liste du Fatah, Ahmad Saadat celle du FPLP, alors que Hassan Youssef est parmi les principaux candidats du Hamas. Tous ont en commun d’être derrière les barreaux.


En tout, pas moins de trente Palestiniens incarcérés dans les prisons israéliennes briguent un siège au Conseil législatif, le parlement de l’Autorité palestinienne qui sera élu mercredi 25 janvier 2006. Le plus connu d’entre eux est Marwan Barghouthi, un chef du Fatah et de l’Intifada, arrêté par l’armée israélienne, en 2002, et qui purge une peine de prison à vie. La présence du très populaire Marwan Barghouthi, 46 ans, à la tête de la liste du Fatah aux élections, a fait l’unanimité au sein de la direction du mouvement, qui a commencé par se déchirer avant de s’entendre sur les autres candidats.

Abou Ali Yatta, un autre membre du Fatah détenu depuis 28 ans et condamné lui aussi à perpétuité, figure en deuxième position sur la même liste. "C’est une excellente chose de voir un tel nombre de prisonniers parmi les candidats. Cela montre que le sort des prisonniers est en tête des priorités de notre peuple", se félicite Issa Qaraqaë, président de la principale association de défense des détenus palestiniens, le "Club du Prisonnier". "C’est la meilleure réponse aux accusations israéliennes selon lesquelles ils sont des terroristes", ajoute-il. Lui-même candidat sur la liste du Fatah, M. Qaraqaë assure que le mouvement ne cherche pas ainsi à utiliser ses prisonniers à des fin de propagande électorale. "Cela n’est pas vrai. La tête de liste est la place qui revient naturellement à Marwan Barghouthi et Abou Ali Yatta", dit-il.

Outre cheikh Youssef, le principal chef du Hamas en Cisjordanie, détenu depuis septembre 2005, douze autres prisonniers, certains condamnés à perpétuité, comme Jamal Abou Al-Heija, figurent parmi les candidats du Hamas. "La présence d’un aussi grand nombre des prisonniers candidats signifie que la cause des prisonniers sera en tête des priorités du prochain parlement et ne restera pas en marge comme ce fut le cas ces dernières années", affirme Farhat Assaad, un responsable de la campagne du Hamas en Cisjordanie, lançant une pique au Fatah qui domine la Chambre sortante. Selon des chiffres de l’Autorité palestinienne, plus de 8000 Palestiniens sont détenus en Israël, qui a exclu la libération de candidats qui seraient élus.

Chef du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), M. Saadat a lancé la campagne électorale de son mouvement, le 3 janvier 2006, depuis la prison où il est détenu, à Jéricho, en Cisjordanie. Il avait été exceptionnellement autorisé à sortir de sa cellule pour s’adresser à des dizaines de journalistes dans la prison hautement surveillée où il est détenu. Accusé par Israël d’implication dans l’assassinat du ministre israélien du tourisme, Rehavam Zeevi, par un commando du FPLP, en octobre 2001, Ahmed Saadat et cinq autres membres du FPLP sont détenus sous supervision américano-britannique, à Jéricho, depuis août 2002. Outre Ahmed Saadat, dix autres prisonniers, dont sept purgeant des peines de prison à vie, figurent sur la liste du FPLP aux élections.

La liste Al-Badil (l’Alternative), une coalition de trois formations de gauche, a désigné un seul prisonnier, Ibrahim Abou Hajla, parmi ses prétendants à la députation. "Nous nous sommes contentés symboliquement d’un seul prisonnier pour souligner l’importance de la cause des prisonniers pour notre peuple", explique un responsable de la liste Hilmi Al-Aaraji, qui lui a passé 14 ans de sa vie dans les prisons israéliennes. Le député sortant et candidat, Qaddoura Farès, admet que les promesses répétées des différents candidats d’oeuvrer à la libération des prisonniers sont très difficiles à réaliser. "Tout candidat qui dit qu’il va libérer les prisonniers d’un clin d’oeil ment", dit-il. "Nous sommes engagés depuis plusieurs années dans un processus politique qui pourrait à terme conduire à leur libération".

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source