retour article original

jeudi 23 février 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales
AP, 24 janvier 2006

Informations internationales : Les coraux et mangroves sont un atout écologique et économique


Paysage de mangrove

PARIS/NAIROBI (AP) - Les récifs coralliens et les mangroves jouent un rôle capital, selon un rapport du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) rendu public mardi 24 janvier 2006. Non seulement ils protègent de l’érosion côtière et réduisent l’impact des catastrophes naturelles, mais ils peuvent relancer l’économie des pays concernés via l’écotourisme, et aident la survie des communautés locales en servant de "pépinières aux poissons".

Paysage de mangrove


Dans ce rapport, pour la première fois, l’ONU met donc l’accent sur l’atout économique que constituent ces écosystèmes fragiles, dont l’existence, les spécificités et la survie ont été particulièrement mis en lumière par le tsunami du 26 décembre 2004. Il est notamment souligné que les conserver représente un faible prix à payer, comparé aux coûts associés à leur destruction et à la substitution de leur rôle par des structures humaines. L’ONU estime à 775 dollars annuels par km carré le prix de leur préservation. En comparaison, les coûts d’installation de brise-lames artificiels en béton autour de Malé, aux Maldives, entrepris après la dégradation du récif naturel, s’élevaient à 10 millions de dollars par kilomètre. Après le tsunami, dans l’Océan Indien, des études ont montré que les communautés situées en zone de mangrove et de récifs coralliens s’en étaient bien mieux sorties que celles qui avaient détruit ces écosystèmes pour y installer des fermes à crevettes ou des zones d’habitat. Selon le rapport du PNUE, les récifs et mangroves peuvent absorber jusqu’à 90 % de la force d’impact d’une vague, protégeant ainsi les rivages et les infrastructures qui s’y trouvent. Les mangroves notamment dispersent les vagues grâce à la résistance qu’exercent leurs racines et leurs tiges multiples.

Des mangroves

La mangrove, en Thaïlande, pourrait rapporter jusqu’à 3,5 millions de dollars (2,9 millions d’euros) par km carré. Quant aux récifs coralliens des Caraïbes et d’Indonésie, exploités pour le tourisme de plongée et d’exploration marine, ils seraient estimés jusqu’à un million de dollars (814000 euros) pour la même superficie. Dans toute l’Asie du Sud-Est, les pêcheries coralliennes génèrent environ 2,5 milliards de dollars annuels (2 milliards d’euros). Aux seules Philippines, près d’un million de petits pêcheurs dépendent de ces récifs. Les poissons de récif représentent un quart de la pêche mondiale, soit une source d’alimentation pour un milliard de personnes. Et la grande majorité des poissons alimentant le commerce des aquariums dans les pays développés provient de ces zones de récifs, poursuit le rapport. Pourtant, ces zones sont en voie de disparition rapide : près d’un tiers des coraux ont déjà disparu et on estime une perte de 60 % d’ici 2030, selon le rapport. Plus d’un tiers des mangroves ont été détruites. Un taux de perte supérieur à celui des forêts tropicales.

Un récif de corail

Klaus Toepfer, directeur exécutif du PNUE, a dit "espérer que les réalités financières contenues dans cette étude transformeront radicalement l’attitude et le comportement des gouvernements, de l’industrie, des autorités locales et des individus, de sorte qu’ils apprécient davantage et conservent mieux ce capital naturel".

Associated Press

Klaus Toepfer

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source