retour article original

samedi 29 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (13ème partie) : De janvier 2006 à juin (...)
Reuters, AFP, 30 janvier 2006

Proche Orient : L’Union européenne soucieuse d’éviter la faillite de l’Autorité palestinienne


BRUXELLES (Reuters et AFP) - L’Union européenne est soucieuse d’éviter la faillite financière de l’Autorité autonome palestinienne dont -avec 500 millions d’euros- elle a été, en 2005, le principal bailleur de fonds, déclare la commissaire européenne aux Affaires extérieures, Benita Ferrero-Waldner.


Les ministres des Affaires étrangères des vingt-cinq pays de l’Union européenne se réunissent, à Bruxelles, pour réexaminer leur position envers les Palestiniens, à la suite de la victoire aux élections législatives de mercredi 25 janvier 2006 du mouvement résistant Hamas, qui figure sur la liste européenne des groupes terroristes. L’Union européenne a cessé, en 2005, son aide budgétaire directe à l’Autorité palestinienne, en raison de ses inquiétudes devant l’inflation salariale de cette autorité, mais elle envisage de la reprendre, au moins en partie, pour éviter la faillite de l’administration palestinienne.

La commissaire européenne aux Relations extérieures Benita Ferrero-Waldner a estimé, lundi 30 janvier 2006, qu’il fallait "donner du temps" au Hamas et ne pas prendre de décision précipitée après la victoire du mouvement radical aux élections législatives palestiniennes. "Nous ne nous précipitons pas vers une décision pour l’instant", a déclaré la commissaire devant des journalistes, rappelant que l’Union européenne "n’aura aucun contact avec le Hamas" dans l’immédiat. "Nous avons exposé très clairement notre position et maintenant c’est à eux d’agir, mais nous devons leur donner du temps", a-t-elle ajouté, précisant qu’elle était favorable à une "sorte de période transitoire". "Donnons-leur une sorte de calendrier, nous devrons voir si c’est de l’ordre de 30 jours ou 60 jours", a-t-elle continué, attendant de voir si le Hamas, qui "est entré dans l’arène politique", veut "se transformer en parti politique". Mais "nous voulons voir des faits", a insisté Mme Ferrero-Waldner.

Concernant les "mesures pratiques" que pourrait prendre l’Union européenne, notamment le possible gel des subventions à l’Autorité palestinienne, la commissaire a indiqué qu’une mission de la Banque mondiale allait se rendre, en février 2006, dans les Territoires palestiniens, pour évaluer la situation et faire des recommandations. La Banque mondiale a gelé une partie des fonds 2005 devant être versés à l’Autorité palestinienne, car elle considérait que les conditions d’octroi de cette aide (transparence, créations d’emplois sociaux) n’avaient été que partiellement remplies, a rappelé la commissaire. Pour les fonds européens, ce gel a porté sur 35 millions d’euros, ce qui fait que l’Autorité palestinienne n’a reçu, en 2005, que la moitié des 70 millions que la Commission avait prévu de lui allouer. "Nous sommes conscients de la situation financière de l’Autorité palestinienne et tout le monde devrait faire un effort concerté pour qu’elle puisse fonctionner", a estimé Mme Ferrero-Waldner, souhaitant "donner une chance à l’Autorité palestinienne pour qu’elle ne s’effondre pas". "Nous ne voulons pas d’une Autorité palestinienne qui s’effondre. C’est clair", a déclaré Ferrero-Waldner avant la réunion. "Nous sommes conscients de la situation financière de l’Autorité palestinienne", a dit Ferrero-Waldner, tout en soulignant que la communauté internationale tout entière doit contribuer à cet effort. "Israël doit prendre sa part, ainsi que les pays arabes (...), et nous prendrons aussi nos responsabilités."

Quelques instants plus tôt, Ismaïl Haniyeh, chef de la liste du Hamas qui a triomphé aux élections législatives palestiniennes, avait demandé à l’Union européenne ne pas interrompre son aide. "Nous vous invitons à comprendre les priorités de notre peuple à ce stade et à poursuivre le soutien moral et financier afin de pousser la région vers la stabilité plutôt que de susciter pressions et tensions", a dit Ismaïl Nahiyeh, considéré comme un "modéré" au sein du Hamas.

A Jérusalem, où elle était la première dirigeante occidentale à se rendre depuis les élections palestiniennes, la chancelière allemande, Angela Merkel, a déclaré, ce week-end, que l’Union européenne ne saurait financer une Autorité palestinienne qui intégrerait le Hamas. Le Hamas a dénoncé un "chantage" financier et assuré être en mesure, le cas échéant, de trouver d’autres sources extérieures de financement.

Reuters et AFP

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source