retour article original

samedi 29 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Suisse L’affaire Léonard Favre
Le Matin Online, 16 février 2006

Corruption : Suite de l’Affaire Léonard Favre

Suivi d’un commentaire

par Renaud MICHIELS


Vue de Lausanne

« J’ai été choquée. Je me sens trahie ! » Jacqueline Maurer hausse la voix pour bien souligner la trahison. La conseillère d’Etat [ministre cantonale] vaudoise radicale a convoqué la presse, à Lausanne, en Suisse, pour faire le point sur son ancien collaborateur, Léonard Favre, incarcéré, depuis le 30 janvier 2006, à Sion. Il est poursuivi pour avoir détourné 370000 francs, alors qu’il était patron du Club de vol à voile de Sion, et soupçonné de délit d’initié lors d’opérations boursières concernant la Banque cantonale vaudoise.

Suisse


Jacqueline Maurer a d’abord minimisé l’influence de Léonard Favre. « Il n’a jamais été mon collaborateur personnel, mais un conseiller stratégique. Il n’avait pas le pouvoir de prendre des décisions. » Puis souligné que l’engagement du haut fonctionnaire, en août 2004, avait « suivi la procédure habituelle », même si c’est elle qui lui a proposé le poste. Et qu’il n’y avait alors « pas lieu de le soupçonner d’activités délictueuses ». Et quand son poulain lui a annoncé que des rumeurs circulaient à son sujet, n’a-t-elle rien entrepris ? « Il m’a dit haut et fort qu’il n’avait rien à se reprocher. » Puis, lorsqu’il a été convoqué par un juge, en octobre 2005 ? « Je l’ai fréquemment questionné. Il minimisait les faits et clamait qu’il serait blanchi. J’ai respecté la présomption d’innocence, mais je l’ai rapidement dessaisi de dossiers stratégiques, comme celui de la Banque cantonale vaudoise. » La patronne du Département de l’économie a encore indiqué que Léonard Favre serait le seul responsable s’il avait commis des délits d’initié vis-à-vis de la Banque cantonale vaudoise. « Et Léonard... (elle se reprend, ajoute son nom de famille), Léonard Favre a bafoué ma confiance. Ça m’a profondément affectée. »

Léonard Favre

Jacqueline Maurer fêtera, en 2007, ses 60 ans et ses dix ans au gouvernement vaudois. « Je me suis donné jusqu’à l’été prochain pour décider si je me représenterai au Conseil d’Etat. Mais l’affaire Favre n’aura aucune influence sur mon choix. »

Renaud MICHIELS

Jacqueline Maurer

Commentaire

Il est révélateur de mettre en parallèle l’Affaire Léonard Favre, qui a eu les suites judiciaires qu’elle devait avoir dans les cantons de Vaud et du Valais, avec l’Affaire Velasco (lire dans cette même rubrique Corruption), où le député "socialiste" genevois a bénéficié de la complicité active de la magistrature, après s’être livré à des abus de confiance au préjudice des membres de l’Association ATTAC-Genève qu’il présidait.

Alberto Velasco

Dans le cas de l’Affaire Velasco, la magistrature genevoise a refusé de tenir compte des preuves matérielles produites, refusé d’auditionner les témoins et refusé d’enquêter. Le sous-signé a été condamné, pour "diffamation" -sans même avoir la possibilité de prouver qu’il disait la vérité-, parce qu’il avait divulgué les agissements du ripoux parlementaire. Le plus fort, c’est que je n’ai pas été condamné pour avoir divulgué les agissements d’Alberto Velasco sur le site interet-general.info, mais pour avoir mentionné ces mêmes faits dans une lettre adressée à un membre d’ATTAC-Genève.

C’est-à-dire que la magistrature genevoise, confrontée à une affaire de corruption, s’efforce carrément d’imposer l’omerta. Non seulement Alberto Velasco n’a jamais été inquiété, mais les médias locaux n’hésitent pas à le présenter comme un martyr.

Frank BRUNNER

Vue du Palais de Justice de Genève

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Liens liés a l'article.Les abus de confiance d’Alberto Velasco, député socialiste au Grand Conseil genevois

AUTEURS 

  • Renaud MICHIELS

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source