retour article original

lundi 20 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (13ème partie) : De janvier 2006 à juin (...)
AFP, 23 février 2006

Proche Orient : Condoleezza Rice promène sa malveillance


RYAD (AFP) - La secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice, s’est heurtée, mercredi 22 février 2006, à un nouveau refus arabe d’isoler totalement le Hamas, au deuxième jour d’une tournée au Proche-Orient notamment destinée à mettre la pression sur le mouvement palestinien pour qu’il renonce à la violence. Son homologue saoudien, le prince Saoud Al-Fayçal, a en effet prévenu que Ryad continuerait à aider financièrement l’Autorité palestinienne, même avec un gouvernement dirigé par le Hamas.


"Nous ne souhaitons pas lier l’aide internationale au peuple palestinien à d’autres considérations que leurs terribles besoins humanitaires", a déclaré le prince au cours d’une conférence de presse commune avec la secrétaire d’Etat. Mme Rice a réitéré la position américaine : "les Etats-Unis sont conscients des besoins humanitaires des Palestiniens", a-t-elle affirmé, rappelant que le gouvernement américain ne peut légalement pas financer une organisation qu’il considère comme terroriste, tout comme l’Union européeenne.

Washington a réclamé à l’Autorité palestinienne la restitution d’une assistance de 50 millions de dollars destinée à des projets d’infrastructures. Selon un haut responsable du département d’Etat, Mme Rice a informé ses interlocuteurs égyptiens et saoudiens que la totalité de cette somme pourrait être renvoyée aux Palestiniens sous forme d’aide humanitaire. "Nous n’avons pas encore pris toutes les décisions. Il est concevable que nous puissions rediriger l’argent vers des besoins humanitaires plutôt que les infrastructures", a indiqué ce responsable s’exprimant sous le couvert de l’anonymat. Mais le prince Saoud Al-Fayçal a rejeté cette position. "Comment voulez-vous faire la différence entre une aide humanitaire et une aide non humanitaire", a demandé le chef de la diplomatie saoudienne. "Ils ont besoin des deux, d’infrastructures et d’aide humanitaire. C’est pourquoi nous allons continuer à les aider", a-t-il ajouté.

Au Caire, sa précédente étape, Mme Rice s’était déjà heurtée au refus du gouvernement égyptien d’isoler politiquement et financièrement le Hamas. Alors qu’elle réaffirmait que le Hamas, responsable de la plupart des attentats suicide anti-israéliens, devait choisir entre "terrorisme et politique", le ministre égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Aboul Gheit, a jugé préférable de "donner du temps au Hamas".

Un responsable du Hamas, Mohammad Nazzal, a affirmé que le langage américain de la menace renforçait la position de son mouvement. "Les Etats-Unis n’ont pas appris que le langage de la menace ne marche pas avec le Hamas", a déclaré M. Nazzal, en visite au Caire. "Plus les Etats-Unis exercent des pressions sur le Hamas, plus le peuple palestinien soutient le Hamas".

Mme Rice, qui a rencontré le nouveau chef des services de renseignement saoudiens, le prince Meqrin Ben Abdelaziz, a également paru avoir des difficultés à convaincre les dirigeants saoudiens d’isoler politiquement l’Iran, que les Etats-Unis accusent de chercher à se doter de l’arme nucléaire. "Nous pensons qu’il n’est pas vrai qu’ils produisent une arme nucléaire", a déclaré le prince Saoud. "Ils ont nié à plusieurs reprises ces accusations dont nous avons été informées".

Mme Rice devait quitter Ryad, jeudi 23 février 2006, pour se rendre à Abou Dhabi où elle devrait rencontrer les ministres des Affaires étrangères du Conseil de coopération du Golfe (CCG), qu’elle appellera notamment à braver le régime iranien.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source