retour article original

mercredi 22 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (13ème partie) : De janvier 2006 à juin (...)
AP, 6 mars 2006

Proche Orient : La France est hostile à toute sanction contre le Hamas

Suivi d’un commentaire


RIYAD (AP) - Le président français, Jacques Chirac, s’est dit "hostile" à toute sanction qui pourrait être imposée au Hamas, si le nouveau gouvernement qu’il dirige depuis sa victoire aux élections législatives du 25 janvier 2006 en Palestine ne renonce pas à la violence et ne reconnaît pas l’Etat d’Israël.


"Je sais bien que certains ont envisagé des sanctions. Je suis pour ma part hostile aux sanctions en général et en particulier dans ce cas-là, car je ne vois pas pourquoi on prendrait des sanctions dont la conséquence serait supportée en réalité essentiellement par le peuple palestinien", a déclaré Jacques Chirac, lors d’une conférence de presse, à Riyad, au dernier jour de sa visite en Arabie saoudite. "Je suis favorable à toute initiative qui permette de normaliser la situation dans un objectif de paix et d’existence de deux Etats indépendants et qui se respectent", a ajouté le chef de l’Etat. Il a de nouveau demandé au Hamas de "respecter les règles de droit qui s’imposent dans le monde" car "on ne peut pas reconnaître un gouvernement qui ferait de la violence un objectif naturel de son action". De plus, "on doit lui demander de reconnaître l’Etat d’Israël" et les accords signés entre l’OLP et Israël, a-t-il ajouté. "Je souhaite pour ma part que la discussion avec le Hamas, qui est engagée par un certain nombre de parties, puisse aboutir à ce résultat positif. Pour dire la vérité, je n’en doute pas, car le Hamas doit maintenant assumer les responsabilités de la démocratie", a conclu Jacques Chirac.

Associated Press

Commentaire

Ce qui sape la crédibilité des gouvernements occidentaux, par rapport aux Palestiniens en général et au gouvernement du Hamas en particulier, c’est leur partialité manifeste. Ce sont toujours les Palestiniens qui sont censés faire des concessions, tandis que rien n’est exigé des Israéliens. Ces derniers peuvent annexer toutes les terres palestiniennes qu’ils veulent annexer et assassiner qui bon leur semble, en bénéficiant de la plus grande complaisance. Les pires massacres perpétrés par les Israéliens ne suscitent que de molles protestations de la part des gouvernements occidentaux. On ne demande nullement aux Israéliens de renoncer à la violence. Quoi que fassent les Israéliens, les gouvernements occidentaux acceptent la politique du fait accompli. Par contre, on prétend interdire aux Palestiniens de se défendre. On prétend leur imposer une politique de complète soumission à l’égard des Israéliens. Comment s’étonner si les Palestiniens rejettent de telles exigences ?

Frank BRUNNER

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source