retour article original

dimanche 20 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (13ème partie) : De janvier 2006 à juin (...)
AFP, 12 mars 2006

Proche Orient : La discrimination subie par les Arabes israéliens


Le gouvernement israélien a adopté, dimanche 12 mars 2006, des mesures destinées à favoriser l’emploi des Arabes israéliens dans la fonction publique, ont rapporté les radios publique et militaire israéliennes. Trente-huit nouveaux postes seront créés à cet effet dans la fonction publique. De plus, pour tout Arabe embauché dans une administration à la place d’un employé juif démissionnaire, un nouveau poste destiné à l’embauche d’un Arabe sera débloqué pour cette administration, a-t-on indiqué. Ces mesures sont annoncées à seize jours des élections législatives en Israël.


Trois députés arabes ont vivement dénoncé ces mesures qu’ils considèrent comme opportunistes, rapporte "Y-Net", le journal en ligne du quotidien Yediot Aharonot. "La décision du gouvernement a été écrite avec une encre secrète qui s’évaporera le jour du scrutin", a déclaré le député Mohammed Barakeh. "C’est une escroquerie politique", a dénoncé le député Raleb Majdale (travailliste) qui accuse le parti Kadima du Premier ministre par interim, Ehud Olmert, de vouloir "acheter les voix arabes". Le député Azmi Bishara a pour sa part qualifié de "poudre aux yeux" la décision du cabinet.

Le 27 février 2006, la Cour suprême d’Israël avait dénoncé la "discrimination" dont est victime la minorité arabe depuis la création de l’Etat, s’opposant à un plan visant à favoriser des localités juives. La Cour avait été saisie d’un appel de l’association Adalah, un organisme composé de juristes agissant pour la défense des droits de la minorité arabe. De nombreux rapports d’ONG ont accusé l’Etat de discriminer cette minorité, mais c’était la première fois que la Cour suprême reconnaissait une telle discrimination aussi ouvertement.

Les Arabes sont victimes d’une discrimination économique, sociale et politique, a ainsi estimé, en 2004, l’organisation arabo-israélienne Mossawa ("égalité" en arabe). Selon elle, les agglomérations arabes souffrent d’un sous-développement "extrême", notamment les villages bédouins non reconnus qui ne bénéficient pas des services municipaux comme l’électricité. Un rapport de Mossawa a affirmé que les différents ministères israéliens consacraient souvent moins de 7 % de leur budget aux communautés arabes et fait état d’un "soutien insuffisant au système éducatif arabe", résultant en un niveau d’éducation plus bas et une main d’oeuvre non qualifiée qui touche environ 60 % du salaire moyen d’un employé juif. Seulement 6 % des Arabes israéliens travaillent au gouvernement, selon Mossawa.

Les Arabes, descendants des 160000 Palestiniens restés sur leurs terres après la création de l’Etat d’Israël, en 1948, représentent 19 % de la population israélienne, soit 1,2 million de personnes. Ils sont représentés par dix députés à la Knesset (parlement, 120 sièges).

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source