retour article original

samedi 25 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Iran (1ère partie) : Du 12 janvier 2004 au 23 juin 2004
AFP, 11 mars 2004

Iran : Intenses négociations en coulisses à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA)


Le siège de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), à Vienne

VIENNE (AFP) - D’intenses négociations étaient menées en coulisses, jeudi 11 mars 2004, à Vienne, sur un projet de résolution, proposé par les Américains à l’AIEA, condamnant l’Iran pour avoir caché une partie de son programme nucléaire, ont indiqué des diplomates.

Une session plénière de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a été remise à vendredi 12 mars 2004, pour permettre l’examen d’amendements apportés par les 13 pays du Mouvement des Non-Alignés (MNA) au texte de compromis auquel étaient parvenus mardi les Etats-Unis, la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne.


Le MNA, qui a rencontré, mercredi 10 mars, le représentant iranien à l’AIEA, Pirooz Hosseini, souhaite "adoucir le ton" de la résolution pour ne pas compromettre la coopération future du régime islamique avec l’agence de sûreté nucléaire des Nations Unies, a indiqué un diplomate de l’un des pays du MNA.

Les Non-Alignés souhaitent notamment sortir du texte deux amendements, auxquels Téhéran est opposé, sur l’utilisation d’installations militaires pour son programme d’enrichissement d’uranium et sur une demande d’arrêter ces activités.

Vue de Teheran

L’ambassadeur de la Malaisie à l’AIEA, Gulam Haniff, a ajouté que les Non-Alignés souhaitaient parvenir à un texte "factuel".

Les inspecteurs de l’AIEA ont découvert en Iran des traces d’uranium hautement enrichi de qualité militaire, a indiqué un diplomate proche de l’agence. Selon lui, cet uranium enrichi à 80% provient d’une contamination d’un matériel acheté par l’Iran à l’étranger.

En février 2004, l’AIEA avait indiqué que ces traces d’uranium étaient enrichies à seulement 35%.

Le texte américain, qui devrait être soumis, vendredi 12 mars 2004, au Conseil des gouverneurs, aurait le soutien de 18 des 35 membres de l’exécutif de l’AIEA.

Mercredi 10 mars 2004, l’Iran avait menacé de rompre avec l’AIEA en reprochant aux Européens d’avoir cédé aux pressions américaines sur le projet de résolution.

Avant de parvenir à un compromis, les Etats-Unis, qui accusent Téhéran de mettre au point l’arme atomique sous couvert d’un programme nucléaire civil, voulaient faire adopter par l’AIEA une résolution condamnant sans nuance l’Iran. Mais les Européens plaident en faveur d’une poursuite de la diplomatie "constructive" engagée, en octobre 2003, avec le régime islamique.

Le projet de résolution américano-européen repousse de ce fait jusqu’en juin 2004 une éventuelle saisine du Conseil de sécurité des Nations Unies, seul habilité à prendre des sanctions internationales.

Mercredi 10 mars 2004, le ministre iranien des Affaires étrangères, Kamal Kharazi, avait indiqué que son pays reprendrait l’enrichissement d’uranium lorsque ses relations avec l’agence seraient "normalisées", qualifiant la maîtrise de cette technologie de "droit le plus absolu et légitime".

Kamal Kharazi

Le directeur général de l’AIEA, Mohamed ElBaradei, lui a répondu en invitant Téhéran à ne pas le faire : "La suspension (des activités d’enrichissement d’uranium) est un facteur important pour restaurer la confiance" entre l’Agence et l’Iran.

L’enrichissement de combustible nucléaire constitue une préoccupation majeure de la communauté internationale qui s’inquiète d’un possible détournement d’uranium hautement enrichi à des fins militaires.

Jeudi 11 mars 2004, à Téhéran, le président Mohammad Khatami a demandé à l’AIEA d’adopter une politique réaliste et "non soumise aux influences des Etats-Unis" pour s’assurer la poursuite de la coopération constructive de l’Iran.

Agence France-Presse

Mohammad Khatami

Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA)

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source