retour article original

dimanche 20 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (13ème partie) : De janvier 2006 à juin (...)
24 heures.ch, 23 mars 2006

Proche Orient : Seize familles israéliennes se partagent 20 % de la richesse nationale

par Ouri DANIEL


A moins d’une semaine des élections législatives, les travaillistes se voient comme le partenaire principal de la coalition gouvernementale qu’Ehud Olmert formera après la victoire attendue de Kadima.


Les files d’attente devant les soupes populaires sont devenues banales, en Israël, où un habitant sur cinq vit sous le seuil de la pauvreté, avec environ 400 dollars mensuels. Pas moins de 8 % des foyers sont en situation d’urgence pour leur alimentation de base. Dans le même temps, les revenus des plus favorisés sont douze fois plus élevés que ceux des plus mal lotis, et le salaire mensuel minimum garanti est de 767 dollars seulement. Un écart sans équivalent dans le monde occidental, hormis aux Etats-Unis. Et cela, alors que seize familles se partagent 20 % de la richesse nationale.

C’est en partie le résultat de la sévère politique néolibérale de l’ex-ministre des Finances, Benjamin Netanyahou, chef du parti Likoud (droite). Privatisations, suppressions ou réduction drastique des budgets sociaux ont rempli les caisses de l’Etat et ramené la croissance puisque le produit intérieur brut a atteint 5,2 % en 2005 et que les investissements étrangers ont atteint 9 milliards de dollars. Mais, les plus fragiles -nouveaux immigrants, familles monoparentales, juifs orthodoxes, personnes du 3e âge, minorité arabe- en ont payé le prix et l’injustice est devenue criante. A tel point que Benjamin Netanyahou appelle désormais à « la compassion ».

Amir Peretz, chef du parti travailliste, le dit sans ambages : « Pour Israël, ce sont les problèmes sociaux qui constituent une menace stratégique » et non les discours belliqueux de Téhéran ou du Hamas. Né au Maroc, il y a 54 ans, ex-maire de Sdérot, dans le désert du Néguev, cet ex-chef de la Centrale syndicale Histadrout a donné le ton à la campagne pour les élections législatives du 28 mars 2006. Il reconnaît volontiers qu’il ne brigue pas le poste de premier ministre. « Pas cette fois-ci », dit-il. Son ambition, c’est d’être le partenaire principal de la coalition gouvernementale qu’Ehud Olmert formera après l’inéluctable victoire aux urnes de son parti centriste Kadima. Tous deux sont prêts à d’importantes concessions territoriales pour relancer le processus de paix, ou à des initiatives unilatérales, et tous deux veulent davantage de justice sociale. Amir Peretz, qui s’est entouré d’experts, se présente notamment comme « un idéologue ». Il a fixé les conditions de son ralliement : le salaire minimum élevé à 1000 dollars, une loi fixant le statut des sociétés d’intérim, la retraite pour chacun, la réforme de l’enseignement, la révision à la hausse du panier des médicaments remboursés. Cet ancien de la Banque mondiale préconise pour modèle les pays scandinaves où les salaires décents n’empêchent pas la compétitivité. Selon lui, pour relever le défi de l’avenir, les budgets voraces de la Défense doivent être réduits au profit de la recherche. Objectif prioritaire alors qu’Israël fêtera, en mai 2006, son 58e anniversaire : transformer le Néguev et la Galilée en pôles de développement.

Ouri DANIEL

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Ouri DANIEL

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source