retour article original

lundi 21 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (13ème partie) : De janvier 2006 à juin (...)
AFP, AP, 1er avril 2006

Proche Orient : Le gouvernement palestinien promet de supprimer "les armes des rues" de Gaza


GAZA (AFP) - Trois personnes ont été tuées, vendredi 31 mars 2006, et trente-six blessées, dans de violents affrontements entre deux groupes armés palestiniens, à Gaza, qui ont éclaté après la mort d’un important activiste dans une explosion. Les affrontements ont opposé des membres du Fatah du leader palestinien, Mahmoud Abbas, à des membres des Comités de la résistance populaire, un groupe armé dont l’un des principaux chefs a été tué quelques heures plus tôt dans l’explosion d’une voiture dans l’ouest de la ville. Sept des personnes blessées se trouvent dans un état grave, selon une source médicale.


"Abou Youssef Al-Gouga se rendait à pied à la mosquée pour prier, il y avait une voiture garée dans la rue. Quand il est arrivé à sa hauteur, elle a explosé", a affirmé à l’AFP Abou Abir, un porte-parole du groupe armé. Le médecin Maaouia Hassanine de l’hôpital Al-Chifa à Gaza a confirmé cette information. "D’après la nature de ces blessures, le plus probable c’est qu’il ait été victime d’une explosion et non pas d’un missile", a-t-il indiqué. Abou Abir a accusé Israël ainsi que des "responsables des services de sécurité" palestiniens de la mort du chef des Comités. "Nous rendons responsables l’ennemi sioniste et des responsables des services de sécurité de l’Autorité palestinienne pour l’assassinat d’Abou Youssef Al-Gouga", a-t-il déclaré. Alors qu’il parlait aux journalistes en pleine rue à Gaza, des hommes armés ont tenté d’enlever un membre de son groupe, provoquant un premier accrochage dans lequel deux enfants ont été blessés par des balles perdues.

Le porte-parole de M. Abbas, Nabil Abou Roudeina, cité par l’agence palestinienne Wafa, a affirmé que le président de l’Autorité palestinienne avait appelé "les hommes armés à se retirer de la rue et au calme". M. Roudeina a ajouté que M. Abbas, qui se trouve en visite en Afrique du Sud, s’était entretenu, par téléphone, avec le Premier ministre, Ismaïl Haniyeh, de la situation. Selon le bureau de M. Haniyeh, le gouvernement s’est réuni "en urgence" pour étudier les mesures à prendre après cette explosion de violence.

Cette flambée de violence dans la bande de Gaza est intervenue au lendemain de la mort de quatre Israéliens, tués, jeudi 30 mars au soir, dans un attentat suicide à l’entrée d’une colonie dans le nord de la Cisjordanie. Il s’agit de la première attaque suicide depuis les élections israéliennes de mardi 28 mars, remportées par le parti Kadima (centre) du Premier ministre par intérim, Ehud Olmert, et l’entrée en fonctions, mercredi 29 mars 2006, d’un gouvernement palestinien dirigé par le mouvement islamiste Hamas. M. Abbas a condamné cet attentat alors que le ministre de l’Information palestinien, du mouvement Hamas, Youssef Rizka, a affirmé que "l’occupation israélienne" poussait les Palestiniens à se "défendre". Les brigades des Martyrs d’Al-Aqsa, liées au Fatah, ont annoncé que l’attentat avait été perpétré "pour venger la mort" d’un de leurs chefs militaires, tué, le 23 février 2006, lors d’un raid de l’armée israélienne dans le camp de réfugiés de Balata, à Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie. Israël a rendu responsable l’Autorité palestinienne pour l’attentat suicide, affirmant que son auteur avait été récemment libéré d’une prison palestinienne.

Par ailleurs, l’aviation israélienne a intensifié ses raids sur la bande de Gaza, attaquant quinze cibles durant la nuit en riposte aux tirs de roquettes, selon un porte-parole militaire. Les bombardements se sont poursuivis, vendredi 31 mars 2006, dans le nord du territoire.

Agence France Presse

Le gouvernement palestinien promet de supprimer "les armes des rues" de Gaza

GAZA, Bande de Gaza (AP) - Après la mort de quatre personnes dans les territoires palestiniens, le nouveau gouvernement dirigé par le Hamas s’est engagé, vendredi 31 mars 2006 au soir, à supprimer les "armes des rues" de la Bande de Gaza.

Cette réunion d’urgence faisait notamment suite à la mort d’un des commandants des Comités de résistance populaire, Abou Youssef Abou Kouka, dans l’explosion de sa voiture à Gaza. L’un des porte-parole du Hamas a accusé les forces de sécurité palestiniennes. Selon le ministre de l’Information, Youssef Rizka, le gouvernement a décidé de former une commission pour enquêter sur cette explosion. Il a également précisé que le cabinet s’était engagé à "retirer toutes les armes de la rue".

Associated Press

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source