retour article original

jeudi 23 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique
AFP, 5 avril 2006

Afrique : Position commune sur les migrations avant une réunion avec l’Union européenne


L’Afrique vue par satellite

Les experts d’une cinquantaine de pays africains réunis à Alger pour débattre des questions migratoires ont défini une position commune, mercredi 5 avril, pour lutter globalement contre ce phénomène en privilégiant des solutions fondées sur l’aide au développement. Ils ont adopté une série de recommandations à soumettre aux instances politiques de l’Union africaine (UA), dans la perspective de la conférence ministérielle Afrique-Union européenne (UE) sur les problèmes migratoires, prévue, les 5 juin et 6 juin 2006, à Tripoli.

Algérie


"Notre démarche (...) la plus conforme à l’esprit de partenariat actif et de dialogue constructif que nous voulons maintenir, notamment avec nos partenaires européens, est celle qui prend en charge le phénomène migratoire dans sa globalité et qui privilégie les solutions fondées sur l’aide au développement", a expliqué le ministre algérien aux Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel. "Il serait vain de croire que le phénomène migratoire, la migration illégale en particulier, puissent être traités efficacement par le seul recours à des mesures restrictives et unilatérales, surtout si elles sont basées sur le tout sécuritaire", a déclaré le ministre dans son discours de cloture de la conférence, ouverte lundi 3 avril 2006. "Le développement du continent, notamment avec l’aide tant promise par nos partenaires, est la seule solution durable", a-t-il dit après avoir souligné que la pauvreté, le sous-développement, la mal gouvernance et les conflits étaient "à la source d’une bonne partie du phénomène migratoire". "La position africaine commune sur la migration et le développement (...) constitue une base de dialogue équilibrée, qui prend en charge, aussi bien les droits légitimes des migrants que les intérêts de l’Afrique et ceux de nos partenaires, notamment de l’Union européenne", a-t-il ajouté.

Des échelles bricolées par des émigrants clandestins pour franchir les clôtures de l’enclave espagnole de Ceuta, fin septembre 2005

Dans leur déclaration finale, les participants à la réunion d’Alger estiment que "ces dernières années, la migration clandestine, très fortement encouragée par des réseaux mafieux à la recherche de gains faciles (...) a pris des dimensions alarmantes et dangereuses". Ils interpellent la communauté internationale "pour aider à mettre fin au calvaire de millions de jeunes Africains, fuyant la misère et le sous-développement", indique le texte.

Un émigrant clandestin arrêté à Nouadhibou, en Mauritanie, le 12 mars 2006

Les experts recommandent notamment la mise en oeuvre de l’engagement pris par les pays développés d’allouer 0,7 % de leur PNB à l’Aide publique au Développement (ADP) et de soutenir les efforts de développement des pays d’origine et de transit des migrations. Ils appellent également les Etats africains à renforcer au plan national "les mécanismes de lutte contre les filières du trafic des êtres humains", à mettre en place des cadres juridiques et à conclure des accords de coopération "pour gérer les migrations illégales".

Des émigrants clandestins interceptés aux îles Canaries, le 12 mars 2006

L’Afrique est la partie du monde "la plus touchée" par la migration avec "près de 17 millions de migrants africains sur le continent, soit 2 % de la population totale", avait rappelé, lundi 3 avril 2006, le chef de la diplomatie algérienne. Mohamed Bedjaoui. "Un Africain sur dix sera un migrant en 2025, si la tendance actuelle se maintient", avait-il indiqué, estimant que la lutte contre l’immigration illégale, "individuellement et collectivement", constituait une "impérieuse nécessité" pour les pays africains.

Agence France Presse

Mohamed Bedjaoui

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source