retour article original

dimanche 20 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (13ème partie) : De janvier 2006 à juin (...)
Reuters, 6 avril 2006

Proche Orient : La dérive dictatoriale de Mahmoud Abbas


GAZA (Reuters) - Le Premier ministre palestinien, Ismaïl Haniyeh, a rejeté la décision prise, mercredi 5 avril 2006, par le président, Mahmoud Abbas, de s’arroger le contrôle de la sécurité aux postes-frontières de la bande de Gaza.


Dans l’entourage de Mahmoud Abbas, on indique que l’Union européenne, chargée de la surveillance du point de passage de Rafah, entre la bande de Gaza et l’Egypte, a menacé d’en retirer son personnel après le triomphe électoral du Hamas, qui ne reconnaît pas Israël. Dès la publication du décret présidentiel, mercredi 5 avril 2006 au soir, les observateurs ont prédit une possible crise politique, considérée par certains comme inévitable en raison des contradictions entre les programmes politiques du Hamas, voué à la destruction d’Israël, et du Fatah de Mahmoud Abbas, qui veut négocier une solution à deux Etats pour régler le conflit. Autre mesure susceptible d’accroître encore les tensions, Mahmoud Abbas a nommé, à la tête de la sécurité intérieure, Rachid Abou Chbak, actuel chef du puissant service de sécurité préventive, dominé par le Fatah, a dit un responsable de la sécurité. A son nouveau poste, Abou Chbak sera chargé de la Sécurité préventive, de la police et des services civils de secours d’urgence. Le ministre de l’Intérieur, Saïd Seyam, membre du Hamas, est responsable de ces trois services de sécurité. Bien qu’Abou Chbak soit placé sous l’autorité de Saïd Seyam, seul Mahmoud Abbas sera habilité à le limoger, a précisé le responsable.

"Le gouvernement n’accepte pas la création d’instances parallèles susceptibles de lui retirer son autorité", a déclaré Haniyeh, ajoutant qu’il rencontrerait Mahmoud Abbas dans le courant de la journée. "Il s’agit d’un gouvernement élu, pas nommé. Le frère Abou Mazen [Mahmoud Abbas] m’a confirmé plus d’une fois qu’il ne toucherait pas à l’autorité du gouvernement actuel", a encore dit à Reuters Ismail Haniyeh, assis derrière une photo du cheikh Ahmed Yassine, fondateur du Hamas assassiné par Israël, en mars 2004. Ismail Haniyeh a fait savoir que, lors de sa rencontre de jeudi 6 avril 2006 avec Mahmoud Abbas, il discuterait du contrôle des postes-frontières et de la question de savoir qui contrôle les forces de sécurité.

Reuters

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source