retour article original

mardi 27 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (13ème partie) : De janvier 2006 à juin (...)
AFP, 12 avril 2006

Proche Orient : La Ligue arabe condamne la suspension de l’aide européenne aux Palestiniens

Suivi d’un commentaire


La Ligue arabe a déploré, mardi 11 avril 2006, la décision de l’Union européenne (UE) de suspendre l’aide directe au gouvernement palestinien dirigé par le Hamas, la jugeant comme une "punition collective" du peuple palestinien.


"Cette décision est totalement inacceptable", a déclaré aux journalistes au Caire le secrétaire général adjoint pour les affaires palestiniennes, Mohammed Sobeih, lui-même palestinien. "Il est étrange et répréhensible que le peuple palestinien soit puni pour être non démocratique, et aussi pour avoir exercé la démocratie", a ajouté M. Sobeih, en allusion à la victoire du Hamas aux récentes élections législatives. La décision de l’Union européenne, a-t-il poursuivi, "entre dans le cadre d’une politique de punition collective du peuple palestinien".

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, a qualifié la suspension des aides de "mauvaise", dans une déclaration à la presse. Il a en outre jugé nécessaire de "concrétiser les promesses d’aides annoncées lors du dernier sommet arabe, à Khartoum, le mois dernier (...), pour les programmes de développement pour les Palestiniens". Il a en outre appelé à une collecte de fonds des individus et des institutions gouvernementales des Etats arabes en faveur de l’Autorité palestinienne.

L’Union européenne, principal soutien financier des Palestiniens, et les Etats-Unis, ont suspendu leur aide directe au gouvernement palestinien dirigé par le Hamas, mais promis de poursuivre leur aide à la population palestinienne. Pour lever cette sanction, l’Union européenne et Washington ont exigé du Hamas qu’il renonce à la violence et reconnaisse le droit à l’existence d’Israël. Le Hamas a pour l’heure refusé.

Le ministre des Finances palestinien, Omar Abdelrazeq, a annoncé, lundi 10 avril 2006, que Ryad, Koweït et Abou Dhabi avaient promis de verser 80 millions de dollars à l’Autorité palestinienne qui est en état de cessation de paiement.

Agence France Presse

Commentaire

La politique de l’Union européenne au Proche Orient, derrière l’écran de fumée du blabla "humaniste" et "pacifiste", se caractérise par son cynisme, son hypocrisie et sa lâcheté. Une fois de plus, on constate que les dirigeants européens n’ont pas d’autre "ambition" que celle de vivre à la botte du gouvernement des Etats-Unis, dont on sait qu’il est lui-même à la botte du lobby juif américain.

Alors que l’armée israélienne mène une politique de terreur dans les territoires occupés, bombardant les localités, assassinant les enfants eux-mêmes, s’efforçant systématiquement de ruiner l’économie palestinienne et de transformer les territoires occupés en vaste bidonville, procédant continuellement à des arrestations et criminalisant les Palestiniens qui se défendent, l’Union européenne n’a pas un mot de protestation. Les Israéliens peuvent se comporter exactement comme les nazis, avec la bénédiction des prétendus démocrates européens, et cela pour le seul motif qu’ils sont juifs. S’ils n’étaient pas juifs, leurs crimes seraient dénoncés avec la plus grande véhémence. On n’exige nullement des Israéliens qu’ils renoncent à la violence. On n’exige nullement des Israéliens qu’ils renoncent au terrorisme d’Etat. On affecte d’ignorer que les trois quarts des victimes du conflit sont palestiniennes et non israéliennes.

Cette partialité manifeste, ce cynisme et cette hypocrisie ne peuvent que discréditer la politique de l’Union européenne, non seulement aux yeux des Palestiniens eux-mêmes, mais également aux yeux de quiconque a un tant soit peu le sens de la justice. Les dirigeants européens devraient avoir honte de s’abaisser au niveau du gouvernement israélien. Quant à leur blabla "moraliste", il est particulièrement déplacé, venant de politiciens manifestement dénués de tout sens moral.

On mentionnera également la déception suscitée par l’attitude des pays musulmans -à commencer par les plus riches d’entre eux-, qui ont multiplié les promesses de soutien financier à l’Autorité palestinienne, pour, aussitôt après, la laisser se retrouver en état de cessation de paiement. C’est minable.

Frank BRUNNER

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source