retour article original

dimanche 25 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (13ème partie) : De janvier 2006 à juin (...)
AP, 17 avril 2006

Proche Orient : Attentat-suicide à Tel Aviv


TEL AVIV (AP) - Un attentat-suicide, revendiqué par le Jihad Islamique, a fait, lundi 17 avril, sept morts, dont le kamikaze palestinien, et trente-cinq blessés, devant un restaurant fast food d’un quartier commerçant de Tel Aviv. Selon la police, neuf blessés sont gravement atteints.


Le restaurant, "Le falafel du maire", avait déjà été la cible, le 19 janvier 2006, d’un attentat qui avait fait vingt blessés. L’établissement est situé dans le quartier très animé de Neve Shaanan, près de la principale gare routière de Tel Aviv. Il y avait beaucoup de monde, à l’occasion des fêtes de Pâques et de Pessah (Pâque juive). L’attentat s’est produit à quelques heures de la séance inaugurale du nouveau Parlement israélien. D’après la police, le vigile embauché après l’attentat de janvier 2006 pour garder le restaurant a empêché le kamikaze de pénétrer dans l’établissement. Selon un témoin, Moussa Al Zidat, le vigile, a demandé à un jeune homme, apparemment le kamikaze, d’ouvrir son sac. "J’ai vu un jeune homme commencer à ouvrir son sac. Le vigile a commencé à ouvrir le sac et j’ai entendu un boum", explique-t-il. Sonya Levy, 62 ans, venait de terminer de faire ses achats. "J’allais monter dans ma voiture et boum, il y a eu une explosion. Un morceau de chair humaine est tombé sur ma voiture et j’ai commencé à hurler". Le véhicule, dont le pare-brise était tâché de sang, se trouve à 50 métres du lieu de l’attentat. La déflagration a soufflé de nombreuses vitres. Les enquêteurs, d’après le porte-parole de la police Ricky Rosenfeld, recherchent un véhicule qui a quitté les lieux peu avant l’attentat. La police était en alerte à l’occasion des fêtes de Pâques, mais n’avait pas reçu d’avertissement en particulier.

L’attentat a été revendiqué par le Jjihad islamique, dans un appel téléphonique à l’Associated Press. Le président de l’Autorité palestinien, Mahmoud Abbas, a condamné, de son côté, cet "attentat terroriste", mais un porte-parole du Hamas a estimé que l’attentat était la conséquence "directe" de l’"agression" israélienne. D’après Khaled Abou Helal, porte-parole du ministère palestinien de l’Intérieur dans le cabinet Hamas, "nous estimons que cette opération (...) est le résultat direct de la politique d’occupation, de l’agression brutale et du siège de notre peuple". Le gouvernement israélien n’a pas fait de commentaires dans l’immédiat.

C’est le premier attentat en Israël depuis l’entrée en fonction, fin mars 2006, du gouvernement palestinien dirigé par le Hamas. Le Mouvement de la résistance islamique et d’autres organisations palestiniennes observent une trêve depuis février 2005, même si le Hamas a refusé de condamner les attentats. Le Jihad Islamique a revendiqué les six attentats suicide perpétrés en Israël depuis le début de la trêve. Dimanche 16 avril 2006, le chef du Jihad Islamique, Ramadan Shallah, avait affirmé que l’organisation extrémiste faisait des "efforts incessants" pour infiltrer en Israël des kamikazes en provenance de Cisjordanie. "La répression incessante contre notre résistance peut limiter cet effort, mais il ne va pas l’interrompre", ajoutait-il dans un communiqué publié sur le site Internet du mouvement.

Associated Press

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source