retour article original

lundi 24 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Egypte
AFP, 20 avril 2006

Egypte : Jacques Chirac cherche à fortifier la position de la France


Vue du Caire

LE CAIRE (AFP) Fort des bonnes relations politiques entre l’Egypte et la France, Jacques Chirac s’est employé, au deuxième jour de sa visite, jeudi 20 avril 2006, à renforcer la présence économique et culturelle française dans ce pays qu’il considère comme un exemple de stabilité dans une région troublée.

Egypte


Après des entretiens politiques, mercredi 19 avril, avec le président, Hosni Moubarak, qui ont dégagé une volonté commune de privilégier la diplomatie dans la crise du nucléaire iranien et d’accroître l’aide aux Palestiniens, le président français a appelé, jeudi 20 avril 2006, les entreprises françaises à tirer parti de ce bon climat. "J’invite les entreprises françaises à faire le pari de l’Egypte, c’est un pari gagnant", a dit le président français en installant le Conseil des affaires franco-égyptien en compagnie du Premier ministre, Ahmed Nazif.

Hosni Moubarak en compagnie de Jacques Chirac

M. Chirac, accompagné par une vingtaine de patrons de grands groupes français, s’est rendu au "Smart village", petite Silicon valley égyptienne regroupant de nombreuses entreprises technologiques (Microsoft, Alcatel etc), dans la banlieue du Caire. Comme "grands projets", il a cité la troisième ligne de métro du Caire, une métropole de dix-sept millions d’habitants, et des satellites d’observation, deux contrats importants pour lesquels des entreprises françaises sont en lice. Rappelant avoir participé à l’inauguration des deux premières lignes, en grande partie "made in France", il a lancé : "j’espère bien être invité pour l’inauguration de la troisième".

Vue du smart village

M. Chirac s’est félicité que les relations économiques "se haussent progressivement au niveau des relations politiques" étroites entre l’Egypte et la France. La France est devenue le troisième fournisseur, avec une part de marché de 7 %, et le deuxième investisseur en Egypte, un pays de 73 millions d’habitants qui a connu, en 2005, une croissance de plus de 5 %. Les exportations françaises ont progressé de plus de 40 % en 2005. Le groupe Gaz de France est pour beaucoup dans la forte progression des échanges. Il a signé, en 2003, un contrat portant sur la livraison annuelle de 4,8 mds de m3 de gaz, soit 10 % des besoins en gaz de la France. L’Egypte "est un pays prioritaire où on veut investir davantage", a dit le PDG de Gaz de France, Jean-François Cirelli. Ce contrat, représentant quelque 500 millions d’euros par an, est le plus gros entre la France et l’Egypte, a-t-il expliqué.

Vue du smart village

Jacques Chirac, qui a effectué sa septième visite en Egypte depuis 1995, a aussi officiellement inauguré, avec M. Moubarak, l’Université française d’Egypte, une institution qui doit permettre de donner un visage concret au dialogue des cultures. Cette université, qui a ouvert ses portes, en 2002, à Chourouk, une ville nouvelle proche du Caire, est composée de trois facultés (langues appliquées, gestion et système d’information, ingénierie). Tous les enseignements sont dispensés dans le cadre de partenariats avec des établissements français. Cette université est "un exemple, en même temps qu’un symbole, du dialogue des cultures que nous appelons de nos voeux", un dialogue qui est, selon M. Chirac, "une ardente obligation" face à la mondialisation et aux menaces terroristes. Si près de 44000 Egyptiens suivent un enseignement primaire ou secondaire dispensé en français, l’université française n’accueille actuellement que 327 étudiants, mais leur nombre devrait s’élever à terme à environ un millier.

Logo de l’Université française d’Egypte

Par ailleurs, M. Chirac a évoqué, avec son homologue égyptien, le cas du leader de l’opposition emprisonné Ayman Nour, lors d’une discussion sur les réformes politiques en Egypte, selon une source dans la délégation française, qui n’a pas précisé toutefois en quels termes.

Ayman Nour

Enfin, devant la communauté française, M. Chirac a rendu hommage aux victimes du crash en mer Rouge du Boeing 737 de Flash Airlines, en janvier 2004, dont 134 Français, assurant que "la France met tout en oeuvre pour faire la lumière". Le ministre des Affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy, s’est rendu à Charm El-Cheikh, où l’avion s’est abîmé, pour déposer une gerbe de fleurs au mémorial provisoire pour les 148 victimes.

Agence France Presse

Vue du Caire

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source