retour article original

mercredi 26 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Suisse L’affaire de l’université de Genève
ATS, 27 avril 2006

Corruption : Le Conseil d’Etat genevois a ouvert une enquête contre l’université


Vue de l’université de Genève

BERNE (ATS) Les notes de frais irrégulières à l’université de Genève ne pourraient être que la pointe de l’iceberg. Face à des éléments nouveaux "plus inquiétants", le gouvernement a décidé d’ouvrir une enquête générale contre l’université.

Suisse


Des investigations menées par le Département de l’Instruction publique (DIP) ont révélé l’existence d’un premier audit "soustrait aux autorités jusqu’à lundi 24 avril 2006". Ce document révèle des "problèmes plus graves et plus inquiétants", a déclaré aux médias Charles Beer, le conseiller d’Etat [ministre cantonal] en charge du Département de l’Instruction publique. Le gouvernement est décidé à "faire toute la lumière". Outre les notes de frais injustifiées, le magistrat a dénoncé l’utilisation de fonds privés pour des rachats de prestations de prévoyance. Il a également mentionné des "irrégularités graves" constatées dans la restitution des gains relatifs aux activités accessoires. "Pour échapper aux obligations en la matière, prévues par la loi, un membre de l’université a par exemple gonflé ses notes de frais jusqu’à 60000 francs par an", a indiqué Charles Beer. Mais la liste des irrégularités supposées est encore longue. "Le Conseil d’Etat fait face à une grave crise de confiance à l’égard de l’université", a commenté le magistrat. Selon lui cette crise n’affecte pas cependant les relations avec le recteur de l’université, André Hurst. "M. Hurst a lui-même commandé les audits qui ont révélé les irrégularités", a rappelé Charles Beer.

André Hurst

L’enquête examinera l’utilisation de fonds privés pour compléter les salaires des enseignants, la gestion des indemnités versées à des professeurs et aux membres du rectorat. Elle scrutera également les modalités de transmission des audits aux autorités ou les liens entre le contrôle des comptes et les audits d’Ernst & Young. Charles Beer a refusé d’estimer le montant total probable des irrégularités. "C’est l’enquête générale qui devra le déterminer", a-t-il indiqué. Son collègue Robert Cramer a toutefois ajouté que l’on "sort complètement du périmètre" litigieux évoqué jusqu’ici dans les médias, à savoir une dizaine de milliers de francs.

Charles Beer

L’enquête générale a été confiée à Thierry Béguin, ancien procureur général, puis président du Conseil d’Etat du canton de Neuchâtel. Son rapport est attendu au 30 juin. 2006

Agence télégraphique suisse

Thierry Béguin

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source