retour article original

dimanche 26 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (13ème partie) : De janvier 2006 à juin (...)
AFP, 11 mai 2006

Proche Orient : Le Hamas salue le quartette pour sa relance des aides

par Sakher ABOU EL-OUN


GAZA (AFP) - Le gouvernement Hamas a salué, mercredi 10 mai 2006, la volonté du quartette sur le Proche-Orient de mettre en place un mécanisme pour une reprise des aides aux Palestiniens, mais a regretté les conditions posées pour cesser le boycottage du cabinet palestinien.


Lors d’une réunion ministérielle, mardi 9 mai 2006, à New York, le quartette -Etats-Unis, Union européenne, Russie, ONU- a chargé l’Union européenne de créer un "mécanisme temporaire" pour acheminer directement une aide aux Palestiniens qui font face à une crise économique aiguë. Le quartette a en outre réitéré sa "grave préoccupation" face au refus du Hamas de s’engager "sur les principes de la non violence, de la reconnaissance d’Israël et de l’acceptation des accords antérieurs, dont la Feuille de route", des conditions posées par l’Occident pour cesser le boycottage du cabinet.

"Nous apprécions les efforts déployés par des parties internationales pour alléger le siège économique imposé au peuple palestinien, mais regrettons profondément l’insistance du quartette à poser des conditions préalables au gouvernement palestinien", a déclaré le porte-parole du cabinet, Ghazi Hamad. "Nous aurions souhaité une position plus positive du quartette concernant les rapports avec le gouvernement palestinien puisque il s’agit d’un gouvernement élu qui représente le peuple palestinien", a dit M. Hamad, à la presse, à Gaza. Il s’est "étonné du manque de sérieux (du quartette) vis-à-vis de la partie israélienne qui continue d’occuper et de contrôler la Cisjordanie, maintient les blocs des colonies et achève la construction du mur de séparation raciste". Le négociateur palestinien en chef, Saëb Erakat, un proche du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, un dirigeant du Fatah, s’est lui aussi félicité des conclusions de la réunion du quartette. Il a émis l’espoir d’une reprise "rapide" des aides aux Palestiniens.

Washington et l’Union européenne ont décidé de suspendre leur aide directe aux Palestiniens, après l’arrivée à la tête du gouvernement en mars du mouvement Hamas, un groupe considéré comme terroriste par ces deux parties. Mais, devant les craintes croissantes de chaos dans les territoires palestiniens, alors que 160000 fonctionnaires sont privés de salaire depuis mars 2006, les Américains ont accepté de céder du terrain. A Berlin, la chancelière allemande, Angela Merkel, et le président égyptien, Hosni Moubarak, ont souligné la nécessité d’apporter une aide humanitaire au peuple palestinien pour éviter que la situation humanitaire ne se détériore en Cisjordanie et à Gaza.

En Israël, la ministre des Affaires étrangères, Tzipi Livni, a jugé la décision du quartette "acceptable, dans la mesure où le mécanisme qui doit être mis au point permettra de transférer des fonds aux Palestiniens sans qu’ils parviennent au Hamas". Selon elle, Israël, qui a suspendu le transfert de taxes dues à l’Autorité palestinienne, était "prêt à utiliser en partie ces sommes pour l’achat de médicaments et le paiement des soins hospitaliers en Israël". Une partie de cet argent sert aujourd’hui à payer des compagnies pétrolières livrant de l’essence à la bande de Gaza. Cependant, le vice-Premier ministre Shimon Peres a estimé que le front international anti-Hamas commençait à se "fissurer" et qu’Israël devrait s’en préoccuper, dans une interview télévisée.

De son côté, le chef du bureau politique du Hamas, Khaled Mechaal, basé à Damas, a demandé aux musulmans de fournir des armes, des combattants et de l’argent pour les Palestiniens lors d’une conférence d’oulémas à Doha appelée à contribuer à briser l’isolement du Hamas.

Sakher ABOU EL-OUN

AUTEURS 

  • Sakher ABOU EL-OUN

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source