retour article original

lundi 26 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Suisse
Le Matin online, 14 mai 2006

Corruption : Fausses notes de frais à la police genevoise

Suivi d’un commentaire

par Michel JEANNERET


Un véhicule de la police genevoise

Genève a décidément mal à ses institutions. Après l’affaire qui ravage l’université, voilà que la police genevoise se retrouve dans le collimateur de la justice. Contournant le règlement, des policiers ont en effet obtenu le remboursement de frais de repas auxquels ils n’avaient pas droit, le tout sur un fond d’heures supplémentaires douteuses. Une enquête pénale a été ouverte et une plainte a été déposée par un policier.

Suisse


L’affaire commence en janvier 2006, lorsque l’actuel plaignant constate que son nom figure sur une demande de remboursement pour des repas auxquels il n’a jamais participé. Passé l’étonnement, le gendarme dénonce le cas à l’état-major de la police. Une brève enquête permet alors de mettre en exergue les étranges pratiques de trois agents autour de leurs notes de frais. Pourquoi les trois hommes ont-ils emprunté le nom de leur collègue ? Pour contourner un règlement un peu trop strict, assurait la police dans un article publié, le 9 février 2006, dans la Tribune de Genève. Seulement voilà : depuis, l’affaire a fortement évolué. Ces tracasseries cachent en fait un très gros trafic mené autour de petits repas. L’enquête plus poussée, menée à l’interne, a en effet permis de constater un contournement massif du règlement, qui va bien au-delà des faits commis par les trois agents. « Huit des douze postes de police sont concernés par ce type d’agissements », rapporte Eric Grandjean, porte-parole de la police, qui assure que « toute la lumière sera faite sur cette affaire ».

Un véhicule de la police genevoise

Une affaire qui dure manifestement depuis plusieurs années et s’articule désormais autour de deux volets. Un volet pénal, tout d’abord. Le procureur général, qui a reçu le dernier rapport de l’état-major de la police à la fin du mois de mars, en même temps que le conseiller d’Etat [ministre cantonal] Laurent Moutinot, a confié, le 4 avril 2006, au juge d’instruction Michel-Alexandre Graber, le soin de mener une enquête pénale pour abus d’autorité, gestion déloyale des intérêts publics et faux dans les titres. « Plusieurs cas m’ont été dénoncés », précise Michel-Alexandre Graber, sans vouloir en dévoiler le nombre, mentionnant seulement que « les premières convocations partiront le mois prochain ». Entre-temps, le juge d’instruction attend de la police qu’elle porte à sa connaissance les autres cas éventuels, au fur et à mesure de son enquête.

Michel-Alexandre Graber

Car le deuxième volet de l’affaire est administratif. Que ces agissements aient été possibles démontre la faiblesse du contrôle interne. Par ailleurs, beaucoup de ces dépenses auraient été faites en soirée. Un moment propice pour des repas de travail ? Selon les bruits qui courent à l’intérieur de la police, certains agents se seraient « bricolés des heures supplémentaires » pour justifier leurs repas. Ceux-ci ont-ils bel et bien été partagés lors de séances de travail avec des fonctionnaires, ou lors de petits repas pris entre amis ? Cette dernière hypothèse n’est pas exclue. En un an, l’un des agents aurait présenté, à lui seul, près d’une centaine de demandes de remboursement. « De toute façon, cela sera impossible à vérifier, cette pratique étant devenue un sport », nous glisse une source au sein de la police. Corroborant ces affirmations, plusieurs informateurs indépendants nous assurent que, depuis que l’affaire a éclaté à l’interne, les frais de repas ont diminué de plus d’un tiers. Comme par enchantement...

Michel JEANNERET

Un véhicule de la police genevoise

Commentaire

Dans un canton gouverné par des crapules, l’exemple de la corruption vient du sommet de l’Etat.

Frank BRUNNER

Vue de la tour Baudet, siège du gouvernement genevois

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Michel JEANNERET

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source