retour article original

dimanche 28 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (3ème partie) : Mars 2004
Reuters, 15 mars 2004

Proche Orient : Ariel Sharon exclut de reprendre les pourparlers avec les Palestiniens

par Mark HEINRICH


JERUSALEM (Reuters) - Dans un contexte de reprise de l’engrenage de la violence au Proche-Orient, Ariel Sharon a exclu, lundi 15 mars 2994 au soir, toute reprise de pourparlers de paix avec les Palestiniens et réaffirmé sa volonté de mettre en oeuvre des actions unilatérales.

Israël a également menacé les groupés armés palestiniens de nouveaux assassinats ciblés au lendemain du double attentat suicide palestinien qui a fait six morts dans le port d’Ashdod, en représailles à la mort de 14 activistes tués une semaine plus tôt lors d’un raid israélien à Gaza.


Revendiqués conjointement par le Hamas et les Brigades des martyrs d’Al Aksa, ces attentats ont amené des hélicoptères israéliens à frapper dans la nuit deux fonderies de la bande de Gaza présentées par Israël comme des fabriques de bombes, faisant au moins un blessé.

Quelques heures plus tard, des activistes ont tiré une roquette antichar vers un convoi de colons juifs escorté par des soldats israéliens près de la colonie de Netzarim, toujours dans la bande de Gaza, sans faire de victimes.

Le cheikh Ahmed Yassine, chef spirituel du Hamas, a justifié les attentats d’Ashdod par les "crimes et massacres quotidiennement commis par l’ennemi sioniste".

Pour les dirigeants israéliens, qui ont, du coup, annulé les préparatifs d’un sommet prévu, mardi 16 mars 2004, entre Ariel Sharon et son homologue palestinien Ahmed Qoreï, les contacts bilatéraux "ne sont plus d’actualité".

"Il est évident que dans un tel climat, les négociations au niveau politique avec les Palestiniens n’auront pas lieu. Et il est évident qu’ils n’auront aucune chance de pouvoir satisfaire leurs aspirations nationales", a déclaré Sharon devant la Knesset, où il a obtenu un vote de soutien symbolique à son plan unilatéral de désengagement de la bande de Gaza.

Le ministre palestinien des Négociations Saëb Erekat a regretté ce discours. "Le langage de la contrainte se révèle fatal et erroné depuis 1967", a-t-il dit.

L’Autorité palestinienne, qui a dénoncé les attentats de dimanche 14 mars 2004, a également déploré la décision de Sharon d’annuler le sommet et elle a exhorté Israël à s’en tenir à la "feuille de route" mise en suspens par les violences.

Escalade

"Il va y avoir des assassinats ciblés et autres mesures de ce genre. Le choix du moment sera fonction des renseignements que nous aurons", indiquait-on, lundi 15 mars 2004 au matin, de source militaire, en précisant que des activistes de tous rangs seraient visés.

De même source, on n’exclut pas de tenter de frapper de nouveau le cheikh Yassine, qui avait déjà été légèrement blessé lors d’une tentative d’assassinat ciblée en septembre 2003 à Gaza, où il rencontrait d’autres dirigeants du Hamas.

Deux hauts responsables du Hamas, Abdelaziz Rantissi et Mahmoud Zahar, ont survécu à des raids israéliens visant à les liquider, respectivement en juin et en septembre 2003. Mais un de leur compagnons, Ismaïl Abou Chanab, avait été en revanche été assassiné en août.

"Ces assassinats n’arrêteront pas notre peuple", a déclaré à Reuters Khaled al-Batch, dirigeant du Djihad islamique à Gaza.

Un officier israélien a annoncé, lundi 15 mars 2004, l’interception à un poste de contrôle proche de Naplouse, en Cisjordanie, d’un petit porteur de bagages de 12 ans transportant sur une charrette à bras une ceinture bourrée d’explosifs.

L’enfant, qui cherchait seulement à gagner un peu d’argent, ne savait pas que le sac que lui avait confié un client contenait une ceinture de kamikaze et il a été relâché, a déclaré l’officier, qui s’est identifié sous le nom de lieutenant-colonel Guy.

Selon l’enfant, ce sont deux membres des brigades des martyrs d’Al Aksa qui lui ont donné ce sac, ce que le groupe armé a démenti. "Nous n’employons pas d’enfants. Les combattants adultes ne manquent pas. Le but de l’armée israélienne est de discréditer les brigades des martyrs. Ils mentent", a répondu un haut responsable du groupe.

L’escalade actuelle confirme l’intention des deux parties de s’infliger des coups aussi douloureux que possible avant le retrait annoncé d’Israël de la bande de Gaza, afin de pouvoir présenter celui-ci comme une victoire de son propre camp.

Le plan Sharon a été bien accueilli par les Etats-Unis et l’Autorité palestinienne, mais à condition qu’il s’inscrive dans le cadre de "la feuille de route" internationale pour la paix.

Le Premier ministre israélien l’a présenté au contraire comme une alternative unilatérale de l’Etat juif à ce plan international qui vise à la création d’un Etat palestinien d’ici à la fin 2005.

Mark HEINRICH

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Mark HEINRICH

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source