retour article original

jeudi 23 février 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales
AP, 23 mai 2006

Informations internationales : Amnesty International dénonce le comportement des pays puissants


Des Irakiens massacrés par les troupes d’occupation américaines

LONDRES (AP) - En 2005, les pays les plus puissants ont monopolisé l’attention internationale avec leurs préoccupations en matière de sécurité, au détriment de la résolution de graves crises des droits humains ailleurs dans le monde, dénonce Amnesty International à l’occasion de la sortie de son rapport annuel, mardi 23 mai 2006.

Un Irakien massacré par les troupes d’occupation américaines


Pour défendre leurs intérêts, "des Etats ont paralysé les institutions internationales, dépensé en pure perte des fonds publics, sacrifié des principes au nom de la "guerre contre le terrorisme" et fermé les yeux sur des violations massives des droits humains", selon la secrétaire générale de l’organisation, Irene Khan. "Le monde paie aujourd’hui le lourd tribut de ce comportement, qui a entraîné la remise en cause de principes fondamentaux", a-t-elle déploré, lors d’une conférence de presse, à Londres, pour la sortie du rapport 2006 d’Amnesty International.

Un Irakien massacré par les troupes d’occupation américaines

Au Darfour, dans l’ouest du Soudan, "l’action des Nations Unies et de l’Union africaine n’a pas été, loin s’en faut, à la hauteur des besoins", a poursuivi Irene Khan. Dans ce conflit qui a déjà fait des dizaines de milliers de morts et des millions de réfugiés, les belligérants continuent à commettre des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité.

Un village pillé et incendié, au Darfour, en août 2004

L’Irak a sombré, en 2005, dans la spirale des violences communautaires. "Lorsque les puissants sont trop arrogants pour réexaminer et réévaluer leurs stratégies, ce sont les pauvres et les faibles -ici des hommes, des femmes et des enfants irakiens- qui paient le prix fort", a déclaré Irene Khan.

Des soldats américains pendant un échange de tirs avec des résistants irakiens, à Ramadi, le 22 avril 2006

En matière de lutte contre le terrorisme, Amnesty International dénonce l’usage de la torture et de la détention secrète. "La brutalité croissante des actes terroristes commis dans le monde" montre que "la guerre contre le terrorisme" ne donne pas de résultats", a affirmé Mme Khan.

Un Irakien victime de tortures à la prison d’Abou Ghraib

Les défenseurs des droits de l’Homme ont cependant eu "des raisons d’espérer", en 2005. Une étape a été franchie, sur le plan judiciaire, avec les premières mises en accusation de la Cour pénale internationale (CPI) prononcées pour des crimes de guerre et contre l’humanité en Ouganda. De puissants Etats ont été appelés à rendre des comptes devant leurs tribunaux ou par les institutions publiques, se félicite Amnesty International. Le Conseil de l’Europe et le Parlement européen ont ainsi ouvert des enquêtes sur l’implication de pays européens dans les "restitutions" organisées par les Etats-Unis, terme qui désigne les transferts illégaux de détenus vers des Etats où ils risquent d’être soumis à la torture et à d’autres violations de leurs droits fondamentaux. Amnesty International déplore la complaisance de "certains Etats européens" à l’égard des Etats-Unis, "qui ont remis en cause l’interdiction absolue de la torture et des mauvais traitements, et délocalisé ces pratiques en transférant des prisonniers vers des pays connus pour pratiquer la torture, comme l’Arabie saoudite, l’Egypte, la Jordanie, le Maroc ou la Syrie".

Le crâne d’un Sahraoui torturé par des policiers marocains, à El Ayoun

Pour Mme Khan, "l’attitude de certains Etats puissants, marquée par la duplicité et le refus de se soumettre aux mêmes normes que les autres pays, est dangereuse : elle porte atteinte à la capacité de la communauté internationale de résoudre des crises des droits humains", comme celles observées au Darfour, en Tchétchénie, Colombie, Afghanistan, Iran, Ouzbékistan ou Corée du Nord. Lorsque la Grande-Bretagne ne dénonce pas "les détentions arbitraires et les mauvais traitements" sur la base militaire américaine de Guantanamo, que les Etats-Unis passent outre l’interdiction absolue de la torture, et que les Européens restent muets sur leur participation aux "restitutions", ils "entament leur propre autorité morale et n’ont plus la crédibilité suffisante pour défendre les droits humains dans le reste du monde", avertit la secrétaire générale d’Amnesty International.

Un Boeing 737 immatriculé N313P utilisé par la CIA pour transporter clandestinement des prisonniers

L’organisation présente une série de revendications pour 2006. Elle demande ainsi à l’ONU et à l’Union africaine de tout faire pour résoudre le conflit au Darfour ; aux Nations Unies, de négocier un traité relatif au commerce des armes ; au gouvernement américain de fermer le camp de Guantanamo, de rendre publics les noms des personnes détenues ailleurs dans le cadre de la "guerre contre le terrorisme" et de révéler les lieux où ces personnes sont détenues.

Coupe de cheveux à Guantanamo

AmnestyInternational demande également au Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies, récemment créé, "de déployer tous ses efforts pour que tous les Etats se soumettent aux mêmes normes en matière de droits humains".

Associated Press

Le cadavre de Muzaf Arvazov, torturé à mort dans une prison de Tachkent, en Ouzbékistan

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source