retour article original

dimanche 25 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Suisse L’affaire André Hédiger
ATS, 24 mai 2006

Corruption : André Hédiger a été nommé maire de la Ville de Genève


Vue de Genève

GENEVE (ATS) L’affaire des amendes annulées empoisonne les relations entre le maire de Genève, Manuel Tornare, et son collègue, André Hédiger. M. Tornare estime que l’élu communiste a tenu des propos diffamatoires à son égard et menace de déposer plainte. Manuel Tornare a adressé, par l’intermédiaire de son avocat, Dominique Warluzel, une lettre très sèche à M. Hédiger, et à son avocat, Robert Assaël, les enjoignant de ne plus récidiver sous peine de dépôt d’une plainte pénale. Divers journaux se sont faits l’écho de ce courrier, que s’est procuré l’ats.

Suisse


Dans cette lettre, Manuel Tornare reproche à André Hédiger d’avoir voulu le salir en sous-entendant qu’il aurait aussi été à l’origine d’annulations d’amendes d’ordre. Le maire de Genève conteste avec la plus grande véhémence ces accusations, qu’il estime diffamatoires voire calomnieuses. Dans son courrier, M. Warluzel a dénoncé "cet amalgame esquissé dans l’espoir de je ne sais quelle dilution de responsabilités". André Hédiger a été inculpé, mardi 23 mai 2006, par le juge d’instruction Stéphane Esposito, d’abus d’autorité, pour avoir fait annuler des amendes d’ordre le frappant ou concernant des tiers.

Vue du Palais de Justice de Genève

Interrogé, Robert Assaël, l’avocat d’André Hédiger, a regretté "cette lettre peu constructive". Il rejette en bloc les reproches qui lui ont été adressés. "Jamais je n’ai tenu des propos diffamatoires ou calomnieux à l’égard de Manuel Tornare", a-t-il souligné.

Robert Assaël

Ce nouvel épisode dans l’affaire des amendes annulés intervient alors que l’exécutif de la ville de Genève doit désigner, au plus tard dans une semaine, le conseiller administratif qui succédera, le 1er juin 2006, à M. Tornare au poste de maire. La tradition voudrait que la fonction échoit à M. Hédiger, mais son inculpation remet tout en cause.

Manuel Tornare

André Hédiger a été nommé maire de la Ville de Genève

GENEVE (ATS) André Hédiger a été nommé maire de la Ville de Genève par ses collègues de l’exécutif, a indiqué le conseiller administratif Christian Ferrazino. L’élu communiste entrera en fonction le 1er juin 2006. Son mandat porte sur une année. La décision est intervenue lors de la réunion hebdomadaire des cinq magistrats du conseil administratif [exécutif de la ville de Genève]. L’élection de M. Hédiger à la mairie n’allait pas de soi. Le conseiller administratif est en effet, depuis mardi 23 mai 2006, sous le coup d’une inculpation pour abus d’autorité dans l’affaire des amendes annulées. Deux tours de scrutin ont été nécessaires pour élire M. Hédiger. Le maire actuel, Manuel Tornare, ainsi que le magistrat écologiste, Patrice Mugny, se sont opposés à cette nomination. André Hédiger a en revanche reçu le soutien du conseiller administratif d’extrême gauche Christian Ferrazino. Le libéral Pierre Muller s’est abstenu.

Christian Ferrazino

M. Hédiger a été élu car il est plus âgé que Patrice Mugny, qui avait également obtenu deux voix, a fait savoir sur les ondes de la Radio suisse romande (RSR) Pierre Muller. Le magistrat libéral a déclaré qu’il s’est abstenu car il ne voulait pas arbitrer un combat entre la gauche. "Inculpé veut dire présumé innocent", a relevé M. Muller pour expliquer sa position neutre. Le conseiller administratif libéral a aussi consulté le dossier constitué par la justice genevoise avant de prendre la décision de s’abstenir. "J’ai pu me faire une idée" de l’affaire, a-t-il souligné.

Les membres du Conseil administratif de la ville de Genève. Au premier plan, de gauche à droite, André Hediger, Pierre Miller et Patrice Mugny. Au second plan, de gauche à droite, Manuel Tornare et Christian Ferrazino

Après l’annonce de l’inculpation de M. Hédiger, de nombreuses voix s’étaient élevées contre sa nomination comme maire de Genève. Ces personnes, toutes tendances politiques confondues, estimaient dangereux d’avoir un représentant qui risquait d’être condamné pendant son mandat. Seul le Parti du travail a soutenu M. Hédiger.

Agence télégraphique suisse

André Hédiger

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source