retour article original

vendredi 24 février 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Suisse L’affaire André Hédiger
Le Matin online, 27 mai 2006

Corruption : Les frais d’avocat des élus genevois sont facturés aux contribuables

par Fabiano CITRONI


Les membres du Conseil administratif de la ville de Genève. Au premier plan, de gauche à droite, André Hédiger, Pierre Muller et Patrice Mugny. Au second plan, Manuel Tornare et Christian Ferrazino

Les contribuables de la Ville de Genève sont généreux : ils ne le savent pas forcément, mais ce sont eux qui paient les honoraires de l’avocat d’André Hédiger. Et la facture sera salée : la procédure liée à l’affaire des amendes annulées prendra plusieurs mois, voire plus d’un an. Cerise sur le gâteau, l’avocat d’André Hédiger, Me Assaël, est coté : il vaut environ 500 francs suisses de l’heure.

Suisse


Pourquoi la Ville -et donc le contribuable- paient-ils l’avocat d’André Hédiger, inculpé d’abus d’autorité pour avoir fait sauter ses propres amendes ? « La Ville a un devoir de protection de ses collaborateurs. Quand ils sont mis en cause, à tort, elle assure leur défense. Le Conseil administratif a donc fait appel à un avocat », explique un fonctionnaire de la municipalité souhaitant garder l’anonymat. Mais que se passera-t-il si la justice condamne le magistrat communiste ? « Le Conseil administratif devra alors dire s’il maintient sa décision de couvrir les frais. Il pourrait exiger un remboursement de la part d’André Hédiger. »

André Hédiger

L’avocat Charles Poncet s’étrangle devant la pratique en vigueur : « La Ville qui paie l’avocat, c’est surréaliste ! Mais ce n’est pas nouveau. Dans le scandale de la rue du Stand, [les conseillers administratifs] Christian Ferrazino et Pierre Muller se sont plantés, mais ils n’ont rien déboursé. Or, dans l’affaire des amendes annulées et dans celle de la rue du Stand, s’il y a un délit, la victime, c’est la Ville ! » Le libéral enchaîne : « Un directeur de banque accusé de gestion déloyale au préjudice de sa banque paie son avocat lui-même. Pourquoi doit-il en aller différemment quand c’est l’argent du contribuable ? » Pour le chef de groupe du PS au Conseil municipal, Gérard Deshusses, la politique menée par les autorités est surprenante : « Si la Ville mandate un avocat pour défendre Hédiger, elle doit payer la facture même si le magistrat est condamné. Si Hédiger décide de son propre chef de prendre un avocat, alors c’est à lui de régler la note. »

Charles Poncet

Le radical Pierre Maudet, président de la Commission des finances du Conseil municipal, s’inquiète pour sa part « de la propension de la Ville de Genève à dépenser autant d’argent en frais d’avocats. En 2005, les honoraires et prestations de service ont représenté 568000 francs suisses, soit plus du double de l’année précédente. Il y a un abus du recours à l’argent public pour se défendre sur des agissements qui relèvent de la responsabilité personnelle. »

Fabiano CITRONI

Vue du Palais de Justice de Genève

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Fabiano CITRONI

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source