retour article original

mercredi 23 août 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Erythrée
AFP, 1er juin 2006

Erythrée : Réduction de la force de l’ONU


Vue d’Asmara

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a décidé, mercredi 31 mai 2006, de réduire les effectifs de la Mission de l’ONU en Ethiopie et Erythrée (Minuee), dont l’action sur le terrain est paralysée.

Erythrée


Dans sa résolution 1681 adoptée à l’unanimité de ses quinze membres, le Conseil de sécurité a prorogé de quatre mois, jusqu’au 30 septembre 2006, le mandat de cette force, mais en a réduit l’effectif à 2300 Casques bleus, dont 230 observateurs militaires. La Minuee comptait, fin avril 2006, 3373 Casques bleus dont 221 observateurs, selon des chiffres de l’ONU.

Vue de Keren

Cette mesure est la conséquence directe de l’impasse dans la querelle frontalière entre l’Ethiopie et l’Erythrée. Le Conseil de sécurité avait exprimé, depuis avril, son intention de prendre une telle décision, si les deux pays continuaient d’ignorer ses appels à régler leur différend frontalier et à lever les restrictions à l’action de la Minuee. Une réunion de la dernière chance, les 17 mai et 18 mai 2006, à Londres, en présence de délégués d’Asmara et d’Addis Abeba, de la commission indépendante ayant décidé du tracé de la frontière après la guerre de 1998-2000, s’était soldée par un échec.

Vue de Massawa

Le Conseil s’impatiente du manque de progrès dans la mise en oeuvre de l’accord de paix d’Alger ayant mis fin à cette guerre entre les deux voisins de la Corne de l’Afrique, qui avait fait quelque 80000 morts. Aux termes de cet accord, les deux pays s’engageaient à respecter la décision d’une commission indépendante sur le tracé de la frontière. Cette commission a arrêté sa décision en 2002, mais l’Ethiopie refuse d’accepter son tracé et demande qu’il soit révisé. L’Erythrée exclut de nouvelles discussions sur la frontière et a averti que la guerre pourrait reprendre si l’Ethiopie n’acceptait pas le tracé. Asmara a accusé la communauté internationale de favoriser Addis Abeba. En signe d’irritation, l’Erythrée a interdit le survol de son territoire par les hélicoptères de la Minuee, imposé des restrictions aux mouvements des Casques bleus de son côté de la frontière et obtenu le départ des personnels américains et européens de la force. Depuis, les relations entre l’Ethiopie et l’Erythrée sont très tendues. Devant l’incapacité de la Minuee d’accomplir normalement ses tâches, le Conseil de sécurité s’interroge donc sur l’avenir de cette force, sous l’impulsion des Etats-Unis, qui financent 27 % des opérations de maintien de la paix de l’ONU.

Des soldats de l’ONU en Erythrée, en juin 2005

La résolution 1681 "exige des parties qu’elles appliquent intégralement la résolution 1640" du Conseil de sécurité. Cette résolution 1640, de novembre 2005, exigeait du gouvernement érythréen qu’il annule sa décision d’interdire les vols d’hélicoptère de la Minuee au-dessus de son territoire et lève les restrictions supplémentaires qu’il a imposées aux opérations de la mission. Elle exigeait également de l’Ethiopie qu’elle accepte pleinement la décision "définitive et contraignante" de la commission du tracé de la frontière entre les deux pays et prenne des mesures immédiates pour permettre le bornage de la frontière.

Agence France Presse

Des démineurs de l’ONU près du village de Shilalo, le 19 juin 2005

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source