retour article original

vendredi 24 février 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Suisse L’affaire de l’université de Genève
Tribune de Genève, 3 juin 2006

Corruption : Quatre nouvelles plaintes pénales déposées contre des professeurs de l’université de Genève

par Catherine FOCAS et Fedele MENDICINO


Vue de Genève

Quatre nouvelles plaintes pénales viennent d’atterrir sur le bureau du procureur général.

Elles émanent du président du Département de l’instruction publique, Charles Beer, du recteur de l’Université, André Hurst, d’un professeur et d’un assistant.

Suisse


La première plainte concerne un professeur de sciences politiques accusé de gestion déloyale des intérêts publics et de faux dans les titres. Il lui est reproché d’avoir enseigné, entre 1998 et 2004, dans divers établissements prestigieux à travers le monde, et de n’avoir pas déclaré tous ses engagements à l’université de Genève. De surcroît, il n’aurait rétrocédé qu’une petite partie de ses gains accessoires à l’université. Dernière accusation : ce professeur avait la fâcheuse habitude de demander à la secrétaire du Département d’effectuer des tâches tout à fait privées. En 2004, la faculté lui a infligé un avertissement.

Vue de l’université de Genève

La seconde plainte, déposée par le recteur cette fois, vise un professeur de l’Institut d’architecture. L’homme aurait utilisé des dizaines de milliers de francs appartenant à l’Etat pour acheter des livres qu’il considère désormais comme sa propriété. La troisième plainte émane d’un professeur qui dénonce un de ses collègues pour abus de confiance, escroquerie et gestion déloyale. Il accuse notamment ce confrère de s’être rendu à des « meetings bidons ». La dernière plainte enfin provient d’un assistant. Celui-ci estime qu’un de ses professeurs s’est emparé du matériel informatique destiné à une recherche.

Vue de l’université de Genève

Ces nouveaux éléments constituent-ils des infractions pénales ? La justice prend le cas dénoncé par le conseiller d’Etat Charles Beer très au sérieux. Il est probable qu’une information pénale sera ouverte. Le Parquet doit maintenant examiner ces faits supplémentaires avant de décider s’il les transmettra ou non au doyen des juges d’instruction, Stéphane Esposito. Rappelons que ce dernier est déjà en charge du dossier concernant les notes des frais bidon, les compléments de salaires, les fonds utilisés pour racheter des années de cotisations, et l’utilisation (peut-être à d’autres fins) d’une subvention destinée à la recherche médicale. Le magistrat instructeur précise qu’en ce qui concerne les notes de frais, chacun des cinq professeurs en cause fera l’objet d’une procédure distincte. Les deux autres volets de l’enquête ne sont pas disjoints pour le moment. La Brigade financière de la police de Sûreté devrait commencer à auditionner les personnes concernées. Avec ces quatre nouvelles plaintes, le dossier du juge Esposito pourrait s’alourdir.

Catherine FOCAS et Fedele MENDICINO

Vue de l’université de Genève

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Catherine FOCAS et Fedele MENDICINO

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source