retour article original

lundi 26 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales
Le Monde, 9 juin 2006

Informations internationales : Les pays du G8 n’ont pas tenu leurs promesses sur l’aide aux pays pauvres


Un terrassier au Bénin

Les pays les plus riches de la planète, regroupés au sein du G8, n’ont pas tenu leurs promesses en matière d’aide accrue aux pays les plus pauvres, formulées lors de leur sommet, il y a un an, à Gleneagles, en Ecosse, accuse, vendredi 9 juin 2006, l’organisation humanitaire britannique Oxfam.

Un vieillard au Bénin


Même si l’annulation de la dette multilatérale d’une quarantaine de pays auprès de la Banque mondiale et du FMI pour un peu plus de 50 milliards de dollars a commencé à porter ses fruits, un rapport d’Oxfam rappelle qu’il "faut trouver 10 milliards de dollars par an pour que chaque enfant puisse aller à l’école et 27 milliards pour fournir l’aide médicale de base à tout le monde". Au moment où les ministres des finances du G8 se rencontrent, à Moscou, pour préparer le sommet de St Petersbourg, en juillet 2006, l’organisation humanitaire rappelle, dans son rapport , que depuis Gleneagles "la pauvreté, les conflits et les maladies ont coûté la vie à 500000 mères et 11 millions d’enfants. Cela fait une maman toute les minutes et un enfant toutes les trois secondes".

Des fillettes vivant à proximité d’une décharge publique, à Maputo, au Mozambique

Selon Oxfam, qui a passé au crible le mécanisme de calcul des annulations de dettes lors de l’année écoulée, la hausse annoncée de l’aide internationale n’est qu’un "artifice comptable". Officiellement, les contributions apportées par le G8 ont augmenté de 37 % en 2005 par rapport à 2004. Or, selon Oxfam, les accords d’annulation de la dette de l’Irak et du Nigéria comptent à eux seuls pour 17 milliards de dollars sur les 21 milliards de hausse annoncées en 2005. "Dans le cas de la France, l’Allemagne et le Royaume Uni, leur aide a en fait reculé" en 2005, compte tenu de ce mécanisme de calcul, dénonce le rapport. Une fois déduite l’annulation des dettes de l’Irak et du Nigéria, la hausse nette de l’aide fournie par le G8 n’est plus que de 9 % en 2005, selon le calcul d’Oxfam. Pour la France et le Royaume Uni, le montant net de l’aide accordée aux pays en développement a reculé de 2 % en 2005 et pour l’Allemagne de 8 %, selon Oxfam. Seule l’Italie affiche une hausse substantielle de 46 %. Les Etats-Unis ont ainsi augmenté la leur de 16 %, le Canada de 18 % et le Japon de 14 %.

Vue du camp de réfugiés d’Abu Shok, au Soudan, le 25 août 2004

Par ailleurs, les 50 milliards de dollars d’aide supplémentaire par an promis d’ici à 2010 par les pays du G8 ne représentent en fait que 0,36 % de leurs revenus soit exactement la moitié, rappelle Oxfam, des 0,7 % auxquels ils s’étaient pourtant tous engagés il y a plus de 30 ans. "D’une manière générale, déplore Oxfam, les pays du G8 sont bien moins généreux que d’autres pays riches, ils ont donné en moyenne 90 dollars par personne et par an comparés aux 300 dollars des Pays-Bas". De plus, Oxfam dénonce les tentatives "indignes" de réduire l’ampleur de l’annulation de la dette des plus pauvres auprès du FMI, de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement. A l’origine, il était question d’annuler toutes les dettes dues jusqu’à fin 2004, or la Banque mondiale a décidé seule de n’annuler que les sommes dues jusqu’à fin 2003, ce qui représente 5 milliards de dollars que les pays pauvres vont quand même devoir payer.

Un bidonville à Port-au-Prince, en Haïti, le 17 février 2005

Enfin, concernant l’accès universel aux traitements anti-sida promis également par le G8 à Gleneagles, Oxfam indique que, fin 2005, un peu plus d’un million de malades dans les pays pauvres pouvaient en bénéficier. "Mais il en reste 6 millions qui n’ont toujours aucun accès aux médicaments qui pourraient les maintenir en vie", selon le rapport.

Avec AFP

Une affiche contre le sida

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source