retour article original

mardi 23 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en France
Le Monde, 23 juin 2006

Corruption : Charles Pasqua est renvoyé en correctionnelle


Vue du casino d’Annemasse

L’ancien ministre de l’Intérieur français, Charles Pasqua, vient d’être renvoyé devant le tribunal correctionnel de Paris, par le juge financier Philippe Courroye, dans une affaire de financement présumé illégal de sa campagne européenne de 1999. Le juge Courroye a en effet signé, cette semaine, une ordonnance renvoyant M. Pasqua, 79 ans, devant le tribunal pour "faux", "financement illégal de campagne électorale" et "abus de confiance" dans le cadre de sa campagne de 1999. C’est la première fois que M. Pasqua, mis en examen dans plusieurs affaires financières à Paris, est renvoyé devant un tribunal.

France


"Je ne désespère pas d’une nouvelle relaxe", a déclaré Me Léon Lef Forster, l’avocat de M. Pasqua. Il précise que ce dernier avait déjà bénéficié d’un non-lieu dans l’affaire Elf, dans laquelle il avait été mis en examen, en juillet 2001. L’avocat assure que "compte tenu de ce qu’il y a dans le dossier, (il voit) mal comment un tribunal pourrait entrer en voie de condamnation". Outre M. Pasqua, sont également renvoyés en correctionnelle Michel Tomi, Marthe Mondoloni, Me Edgar Vincensini, avocat de Charles Pasqua, Daniel Romo, Gilbert Musiquian et Robert Assadourian. Le parquet avait requis un non-lieu pour MM. Musiquian et Assadourian, ce que n’a pas suivi le magistrat instructeur. Il les a renvoyés pour leur participation présumée aux faits de "financement illégal de campagne électorale". Le volet "financement illégal de parti politique" a fait l’objet d’un non-lieu.

Philippe Courroye

Dans cette enquête, confiée au juge Courroye en 2001, la justice soupçonne un éventuel lien entre le financement de la campagne européenne de Charles Pasqua, en 1999, et les profits tirés de la vente du casino d’Annemasse (Haute-Savoie) en 1995. En 1994, alors qu’il était ministre de l’Intérieur, Charles Pasqua avait autorisé l’exploitation du casino d’Annemasse, sans machine à sous, par l’un de ses proches, Robert Feliciaggi. Ce dernier l’avait revendu, en 1995, avec une importante plus-value. M. Feliciaggi, élu territorial corse qui était également poursuivi dans cette affaire, a été assassiné, à Ajaccio, en mars 2006. Il y a donc extinction de l’action publique à son encontre. Selon l’hypothèse de la justice, une partie du produit de la revente aurait servi à financer la campagne de la liste du Rassemblement pour la France (RPF) conduite par MM. Pasqua et Philippe de Villiers, lors des élections européennes de 1999, via une avance de 7,5 millions de francs (1,1 million d’euros) de Marthe Mondolini, patronne du PMU au Gabon (PMUG). Celle-ci devra répondre de "recel de corruption active" et de "complicité de financement illégal de campagne électorale". Le père de Marthe Mondolini, Michel Tomi, proche de Charles Pasqua, est renvoyé pour "corruption active" et "financement illégal de campagne électorale" et "faux". Me Vincensini et M. Romo sont renvoyés pour des faits de "faux".

Les machines à sous du casino d’Annemasse

Pour la partie autorisation d’exploitation du casino, M. Pasqua est mis en examen devant la Cour de justice de République (CJR), seule juridiction habilitée à enquêter et à juger des faits délictueux commis par un ministre dans l’exercice de ses fonctions. Charles Pasqua a été deux fois ministre de l’Intérieur, de 1986 à 1988 et de 1993 à 1995.

Avec AFP

Charles Pasqua

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source