retour article original

dimanche 23 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Côte d’Ivoire
AFP, 25 juillet 2006

Côte d’Ivoire : Charles Konan Banny maintient les "audiences foraines"

par Emmanuel GOUJON


Des "jeunes patriotes" bloquent la circulation pour protester contre les "audiences foraines", à Abidjan, le 19 juillet 2006

ABIDJAN (AFP) - Le Premier ministre du gouvernement de transition en Côte d’Ivoire, Charles Konan Banny, a annoncé, lundi 24 juillet au soir, dans une allocution à la télévision nationale, que le processus d’identification va se poursuivre, et garantit qu’il n’y aura pas de fraude. Le processus d’identification -dont la première phase des "audiences foraines" est très controversée- a été lancé, le 17 juillet 2006, mais a été émaillé de nombreuses obstructions et violences qui ont fait remonter la tension dans ce pays coupé en deux depuis la tentative de coup d’Etat contre le président, Laurent Gbagbo, en septembre 2002.


Des affrontements entre "jeunes patriotes" opposés aux "audiences foraines", et militants de l’opposition, qui souhaitent leur poursuite, ont fait au moins deux morts et trente-six blessés, ce week-end, à Divo, selon des sources concordantes. Les partisans de M. Gbagbo, qui avaient paralysé Abidjan, le 19 juillet, craignent que le processus ne permette à des non-Ivoiriens de grossir l’électorat de l’opposition -notamment dans le Nord tenu par la rébellion- dans la perspective des élections générales dont la présidentielle, qui doivent être organisées avant le 31 octobre 2006.

Un "jeune patriote" bloque la circulation pour protester contre les "audiences foraines", à Abidjan, le 19 juillet 2006

M. Banny avait été reçu, lundi 24 juillet 2006 après-midi, pendant deux heures, par le chef de l’Etat. A l’issue de cette réunion, M. Gbagbo lui-même avait annoncé l’intervention télévisée du Premier ministre. Le président Gbagbo avait aussi voulu minimiser les événements de ces derniers jours, estimant que "ça va bien dans la maison, il y a eu un petit vent, ce n’est même pas une tempête (...) Nous allons continuer à travailler". Le Premier ministre a ensuite reçu les chefs des "jeunes patriotes", ainsi que des représentants de l’opposition. "Toutes les dispositions sont prises ou envisagées pour que l’opération se déroule en toute sécurité, transparence et nous permette de lutter contre la fraude", a déclaré M. Banny sans jamais remettre en cause la poursuite de l’opération. "Rien ne justifie la tension que l’on fait subir à notre pays, rien ne justifie la violence", a-t-il affirmé, suite aux événements de ces derniers jours. Saluant la mémoire des victimes de ces violences, M. Banny s’est voulu pédagogique et rassurant, rappelant que l’identification fait partie du processus global de "sortie de crise pour reconstruire le pays".

Scène de rue à Abidjan, le 19 juillet 2006

Dans son allocution, M. Banny a rappelé que la délivrance des "jugements supplétifs" (en remplacement des actes de naissance) par les magistrats qui dirigent les "audiences foraines" ne donnent pas droit automatiquement à la nationalité ivoirienne, et donc au droit de vote. Il y a des "craintes légitimes", mais "le gouvernement veille", avec les partis politiques, les organisations internationales et "tous les Ivoiriens" à la transparence du processus, a-t-il assuré. Répondant aux accusations de la presse pro-Gbagbo qui l’accuse de faire plus de cas de la pression de la communauté internationale en "bradant la nationalité ivoirienne" que de l’intérêt du pays, il a répondu que "le destin de la Côte d’Ivoire ne sera jamais entre les mains des étrangers ou de ceux qui viennent nous aider".

Charles Konan Banny

Enfin, M. Banny a rappelé que selon le programme du gouvernement "fixé par les différents accords" entre les parties au conflit, "désarmement et identification sont bien concomittants, un principe qui m’est si cher". "Nous avançons avec satisfaction", a-t-il souligné, estimant qu’il "faut éviter que le processus de paix ne s’enlise et le rendre irréversible". Le lancement du processus d’identification a été décidé lors de la réunion du 5 juillet 2006, à Yamoussoukro, à laquelle ont participé le président Gbagbo, le secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, et les principaux acteurs de la crise ivoirienne.

Emmanuel GOUJON

Laurent Gbagbo

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Emmanuel GOUJON

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source