retour article original

samedi 25 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Haïti (3ème partie) : Mars 2004
AP, 21 mars 2004

Haïti : Décès accidentel d’un soldat français aux Gonaives. La police haïtienne impliquée dans des assassinats, à Port-au-Prince


Blindé français aux Gonaives

PORT-AU-PRINCE (AP) - Un soldat français de la force multinationale intérimaire en Haïti (FMIH) a trouvé la mort accidentellement lors d’une manipulation d’arme dans la ville des Gonaïves, dans le nord de l’île, a-t-on appris, dimanche 21 mars 2004, auprès du commandement de cette force.

Il s’agit du premier décès d’un soldat de la FMIH depuis l’arrivée des premières forces internationales en Haïti après le départ du président Jean-Bertrand Aristide, le 29 février dernier 2004. Un Marine américain a été blessé la semaine dernière lors d’un accrochage.


Après l’accident survenu samedi 20 mars 2004 au soir, le caporal-chef Johnny Tupana, un légionnaire de 27 ans originaire de Wallis et Futuna, en Polynésie française, a été évacué en hélicoptère sur un navire français qui mouillait au large des côtes haïtiennes, mais il n’a pas pu être sauvé.

Le porte-hélicoptères Jeanne d’Arc

"Ce décès accidentel est survenu lors d’un nettoyage d’arme, à la suite d’une mauvaise manipulation", a expliqué à l’Associated Press le colonel français Daniel Leplatois, commandant adjoint de la FMIH, à Port-au-Prince.

Patrouille française aux Gonaives, le 20 mars 2004

Le caporal-chef Tupana appartenait au 3e Régiment d’infanterie de la légion étrangère française (3e REI), basé en Guyane française.

Le légionnaire français est décédé "des suites d’une blessure provoquée accidentellement lors de la manipulation d’une arme à feu", selon un communiqué de l’armée française. Le commandement américain de la FMIH a toutefois précisé que le légionnaire avait été tué par le tir accidentel d’un autre soldat français qui nettoyait son arme.

Associated Press

Les corps de trois Haïtiens dans une morgue du quartier La Saline, à Port-au-Prince, après leur découverte, le matin du 21 mars 2004. Les habitants du quartier affirment que, la veille, des policiers ont emmené cinq personnes, dont les trois tués. Ils ont été retrouvés avec les mains liées dans le dos et une balle dans la tête

Les mains liées de l’une des victimes

Le chef de la police Léon Charles s’adresse aux journalistes, à Port-au-Prince, le 21 mars 2004

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, et si vous souhaitez promouvoir la politique d’intérêt général qu’il préconise, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source