retour article original

samedi 25 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (3ème partie) : Mars 2004
Reuters, 22 mars 2004

Proche Orient : Ahmed Yassine assassiné au cours d’un raid israélien

par Nidal Al MUGHRABI


GAZA (Reuters) - Le cheikh Ahmed Yassine, chef spirituel du Hamas, a été tué, lundi 22 mars 2004 à l’aube, dans un raid de l’armée israélienne à Gaza, une information relayée par des témoins avant d’être confirmée par l’armée israélienne.

Le Premier ministre palestinien Ahmed Koreï a dénoncé un acte "très dangereux ouvrant grand la porte au chaos".

Les activistes du Hamas ont juré de "porter la mort dans chaque maison, dans chaque ville, dans chaque rue" d’Israël.


Des hélicoptères ont tiré des missiles sur le dirigeant du groupe radical palestinien alors qu’il sortait d’une mosquée.

Des débris de son fauteuil roulant ensanglanté étaient visibles devant la mosquée, a constaté un correspondant de Reuters qui s’est rendu sur place après avoir entendu trois fortes explosions.

Au moins trois autres personnes dont deux gardes du corps ont également trouvé la mort, ajoutent-ils.

Un témoin habitant près de la mosquée a raconté que le cheikh avait été touché par le premier missile.

"J’ai regardé si je voyais le cheikh Yassine. Il gisait sur le sol et sa chaise roulante était détruite. Les gens couraient dans tous les sens. Puis deux autres missiles sont tombés."

Le corps du chef spirituel du Hamas a été transporté à la morgue de l’hôpital Chifa, à Gaza, ainsi que ceux des trois autres personnes décédées.

Au moins dix personnes ont également été blessées dans cette attaque, dont deux fils de Yassine dont la vie ne serait pas en danger.

L’armée israélienne a confirmé, lundi 22 mars 2004, avoir tué le chef spirituel du Hamas, dans un raid ciblé à Gaza, déclarant que Yassine était directement responsable de dizaines d’"attentats terroristes".

"Lors d’une opération des forces de sécurité ce matin dans le nord de la bande de Gaza, le cheikh Ahmed Yassine, dirigeant du groupe terroriste Hamas et personnellement responsable de dizaines d’attentats terroristes et de la mort d’Israéliens, d’étrangers et personnels de sécurité, a été tué dans une frappe aérienne visant sa voiture", a déclaré Tsahal dans un communiqué.

"L’homme à abattre"

Israël avait annoncé de nouveaux assassinats ciblés de dirigeants radicaux palestiniens en réponse aux deux attentats suicide d’Ashdod, qui ont fait 10 morts dimanche 14 mars 2004.

Le cheikh Yassine avait été légèrement blessé lors d’une première tentative d’assassinat ciblé en septembre 2003, à Gaza.

En janvier 2004, le vice-ministre israélien de la Défense, Zeev Boïm, l’avait désigné comme "l’homme à abattre".

Par milliers, des Palestiniens ont convergé vers le site. Des coups de feu ont été tirés en l’air.

"Le cheikh est mort, le cheikh est mort", répétaient des hommes armés et des militants du Hamas rassemblés sur les lieux.

"Le cheikh Ahmed Yassine repose en paix. Ils ne goûteront jamais au repos. Nous enverrons la mort dans chaque maison, dans chaque ville, dans chaque rue d’Israël", criaient les militants du Hamas par haut-parleurs dans les rues de Gaza.

A Ramallah, le Premier ministre palestinien Ahmed Koreï a condamné un acte "insensé et très dangereux, qui ouvre grand la porte au chaos".

"Yassine est connu pour sa modération et il contrôlait le Hamas. C’est par conséquent un acte lâche et dangereux", a-t-il dit.

Ahmed Yassine, qui allait bientôt devenir septuagénaire, était paralysé depuis un accident survenu dans son enfance. Il était également partiellement aveugle.

En 1989, il avait été condamné à la perpétuité pour avoir fondé le Hamas et incité les Palestiniens à attaquer les Israéliens.

Mais Israël avait dû le relâcher en 1997 en signe de bonne volonté auprès du roi Hussein de Jordanie après l’échec d’une tentative d’assassinat en Jordanie d’un autre leader du Hamas, Khaled Machal.

Nidal Al MUGHRABI

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Nidal Al MUGHRABI

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source