retour article original

jeudi 23 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Côte d’Ivoire
AFP, 5 septembre 2006

Côte d’Ivoire : Une grave pollution provoque de nombreuses intoxications à Abidjan

par David YOUANT et Christophe KOFFI


Vue d’Abidjan

ABIDJAN (AFP) - Le déversement de plusieurs tonnes de déchets toxiques, peut-être venus de l’étranger, dans des décharges d’Abidjan, a provoqué la mort d’au moins deux personnes et intoxiqué des centaines d’autres, embarrassant un gouvernement ivoirien accusé de laxisme par les victimes. Au moins deux fillettes sont mortes, lundi 4 septembre, après avoir inhalé ces produits toxiques déversés depuis trois semaines dans des décharges publiques d’Abidjan, a-t-on appris, mardi 5 septembre 2006, de source hospitalière.


"Il y a eu deux morts, une fillette de quatre ans et une autre de neuf ans au CHU (Centre hospitalier et universitaire) de Cocody", l’un des quartiers chics de la capitale économique ivoirienne où les produits ont été déversés, a affirmé à l’AFP un responsable du CHU de Cocody sous couvert de l’anonymat. L’affaire a été dévoilée ces derniers jours dans la presse d’opposition, et a pris de l’ampleur à mesure que l’on recensait des victimes d’intoxication par centaines dans la capitale économique ivoirienne. Selon plusieurs quotidiens, dans la nuit du 19 août au 20 août 2006, le Probo Koala, un navire affrété par une société immatriculée aux Pays-Bas, aurait déversé plusieurs tonnes de déchets très toxiques dans les décharges publiques d’Akouédo, de la zone industrielle de Vridi et du plateau Dokoui. Depuis, plusieurs centaines d’habitants des quartiers bordant ces décharges ont été victimes d’intoxications.

Des manifestants, à Abidjan, le 4 septembre 2006. Arrivée au Port autonome d’Abidjan (PAA), le vendredi 18 août, au quai de la Pétroci, le navire russe battant pavillon panaméen, le « Probo Koala » a, durant plus de trente heures, déchargé son contenu qu’il a dénommé « Slops » (eaux usées, contenant un peu de pétrole)

Lundi 4 septembre après-midi, alors que le gouvernement continuait de garder le silence, une source hospitalière a indiqué à l’AFP que le centre hospitalier universitaire (CHU) du quartier de Cocody avait reçu, depuis jeudi 31 août 2006, plus de 340 personnes intoxiquées par l’inhalation de ces déchets. Au CHU de Treichville, un autre quartier d’Abidjan, on indiquait également qu’un nombre inconnu de personnes intoxiquées avaient été prises en charge. Sur place, de nombreux riverains interrogés par l’AFP se sont plaints de problèmes d’estomac, de saignements du nez ou de difficultés respiratoires. Le directeur du zoo d’Abidjan, le seul du pays, situé dans le quartier, s’est de son côté inquiété des conséquences de cette pollution sur ses animaux.

Un manifestant, à Abidjan, le 4 septembre 2006

Dans l’après-midi, plusieurs centaines de personnes ont manifesté sur le plateau Dokoui en dénonçant le "laxisme" du gouvernement. Réclamant "la vérité et la transparence", les manifestants, en majorité des jeunes, ont érigé des barrages, notamment autour de la décharge, obligeant les automobilistes à rebrousser chemin. Rassemblés dans le calme, ils brandissaient des pancartes barrées des slogans "Banny (Charles Konan Banny, Premier ministre, ndlr) et son gouvernement, notre vie vous appartient", "Produit toxique ou armes bactériologique, on meurt" ou encore "Pour de l’argent on nous tue".

Charles Konan Banny

Dans la soirée, le ministre ivoirien de la Santé a fini par admettre que des déchets toxiques avaient bien été déversés sur plusieurs sites d’Abidjan. "Le gouvernement continue à chercher tous les sites où ces déchets on été déversés", a déclaré le ministre, Rémy Allah Kouadio, à la télévision publique ivoirienne. "Effectivement, ces déchets sont composés de produits toxiques", a-t-il admis, ajoutant : "Nous en sommes conscients, mais les dispositions sont en train d’être prises au niveau de la santé". "La Côte d’Ivoire n’a jamais eu à faire face à un tel fléau", a-t-il souligné, en précisant que le gouvernement mettait "à la disposition de la population des médicaments de premières nécessité".

Un lac pollué, à Abidjan, le 5 septembre 2006. Plus de 528 m3 principalement d’hydrogène sulfuré (H2S), de la soude (NaOH) et du mercaptan, des produits très toxiques pouvant entraîner la mort, ont été déversés sur sept sites répertoriés pour le moment

L’opposition ivoirienne a vivement réagi, lundi 4 septembre 2006, par la voix du Rassemblement des Républicains (RDR), qui a affirmé, dans un communiqué, que les autorités portuaires "avaient été avisées du contenu exact du bateau et savaient qu’il ne s’agissait pas d’eaux usées normales mais de déchets toxiques" contenant notamment de l’"acide sulfurique" et des "éléments chlorés". Estimant le nombre de victimes à "550 à ce jour", le Rassemblement des Républicains a condamné la "légèreté" des autorités et exigé du gouvernement "la publication des résultats des analyses et enquêtes en cours le plus rapidement possible" et une "prise en charge totale des victimes".

David YOUANT et Christophe KOFFI

Des produits chimiques à forte concentration de soude caustique et d’essence ont été déversés en divers endroits comme ici à Abobo

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • David YOUANT et Christophe KOFFI

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source