retour article original

samedi 22 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption au Brésil
AFP, 20 septembre 2006

Corruption : Luiz Inacio Lula da Silva est menacé d’un Watergate brésilien

par Jean-Claude BOKSENBAUM


Vue de Sao Paulo

RIO DE JANEIRO (AFP) - A quinze jours de l’élection présidentielle, la démission d’un conseiller du président, Luiz Inacio Lula da Silva, impliqué dans un scandale d’achat de documents visant à compromettre deux dirigeants de l’opposition, constitue un embarras sérieux pour le chef de l’Etat brésilien.

Brésil


Le président est confronté à une demande des deux principaux partis d’opposition, déposée, lundi 18 septembre 2006 au soir, à Brasilia, auprès du Tribunal supérieur électoral, de déclarer Luiz Inacio Lula da Silva inéligible pour avoir été le "bénéficiaire d’un abus de pouvoir". Cette demande n’a aucune chance d’aboutir avant le scrutin, mais elle représente une épée de Damoclès suspendue sur un éventuel second mandat de Luiz Inacio Lula da Silva : la menace d’un "Watergate à la brésilienne", selon les termes de Maria Celina d’Araujo, professeur de sciences politiques de la Fondation Getulio Vargas de Rio. Selon elle, "les conséquences de l’affaire vont être plus graves à moyen terme qu’à court terme". Alors que le président, Luiz Inacio Lula da Silva, était donné réélu dès le premier tour, le 1er octobre 2006, avec des taux de popularité au plus haut, l’opposition espère cependant qu’il sera contraint d’affronter un second tour.

Luiz Inacio Lula da Silva

L’affaire a éclaté, vendredi 15 septembre 2006, avec l’arrestation, à Sao Paulo, de Valdebran Carlos Padilha da Silva, membre du Parti des travailleurs (PT) de Luiz Inacio Lula da Silva et de Gedimar Pereira Passos, avocat, ancien policier retraité. Les deux hommes ont déclaré avoir été chargés par la direction du Parti des travailleurs d’acheter des documents compromettants pour les deux principaux dirigeants du Parti social-démocrate brésilien (PSDB, opposition) : José Serra, candidat au poste de gouverneur de l’Etat de Sao Paulo et Geraldo Alckmin, principal concurrent de Luiz Inacio Lula da Silva dans la course à la présidence. Selon la police, les deux hommes ont été trouvés dans un hôtel en possession de 800000 dollars destinés à l’achat d’une vidéo et de photos supposés démontrer le lien de MM. Serra et Alckmin avec la "mafia des ambulances".

José Serra

Une Commission parlementaire d’enquête a conclu, au mois d’août 2006, à l’existence de preuves contre 72 parlementaires de tous bords dans un vaste système de corruption visant à organiser des achats d’ambulances surfacturées par les mairies contre le versement de commissions. Le maître d’oeuvre du système, l’entrepreneur Luiz Antonio Vedoin, a lui aussi été arrêté, vendredi 15 septembre 2006, par la police. C’est lui qui s’apprêtait à vendre au Parti des travailleurs les documents prétendument compromettants. Consultables sur internet, ces documents montrent essentiellement des images d’inauguration d’ambulances et ne prouvent rien contre MM. Serra et Alckmin selon les commentateurs.

Geraldo Alckmin

L’affaire a fait irruption, lundi 18 septembre, au Palais présidentiel, avec la démission de Fred Godoy, conseiller spécial de Luiz Inacio Lula da Silva, désigné par Gedimar Passos comme le commanditaire de l’opération. Fred Godoy est un proche de Luiz Inacio Lula da Silva : responsable de la sécurité lors de ses quatre précédentes campagnes présidentielles, M. Godoy est chargé des questions de logistique concernant l’épouse du président. Il a présenté sa démission, publiée, dès mardi 19 septembre, au Journal Officiel, après un appel téléphonique de Luiz Inacio Lula da Silva posant la question de "la rupture de confiance". M. Godoy a reconnu avoir rencontré M. Gedimar à quatre reprises, mais il a assuré que toute cette affaire "n’avait pas le moindre fondement". "Lula est en train de gagner l’élection. Pourquoi ferais-je une chose pareille ?". Mardi 19 septembre 2006, le ministre de la Justice, Marcio Thomaz Bastos, a indiqué que Luiz Inacio Lula da Silva "ne croit pas à la participation de Freud Godoy". "Mais la police va enquêter sur lui comme sur un autre. Personne n’est au-dessus de la loi". Lui aussi a estimé que "maintenant que Lula est pratiquement sûr de remporter l’élection, l’utilisation d’un tel dossier n’a pas de sens".

Jean-Claude BOKSENBAUM

Luiz Anzonio Vedoin

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Jean-Claude BOKSENBAUM

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source