retour article original

samedi 24 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Thaïlande
Reuters, 22 septembre 2006

Corruption : Une commission d’enquête est instituée en Thaïlande


Des soldats à Bangkok, le 22 septembre 2006

BANGKOK (Reuters) - Les militaires qui ont pris le pouvoir en Thaïlande ont désigné une commission de neuf personnes chargée d’enquêter sur les pratiques de corruption présumées, notamment du temps du Premier ministre, Thaksin Shinawatra. Le Premier ministre milliardaire, renversé mardi 19 septembre 2006, ne sera toutefois pas la seule cible des investigations de la commission, a précisé l’un de ses membres.

Thailand


Cette commission nationale accueillera dans ses rangs un spécialiste de la corruption, qui avait déjà enquêté sur Thaksin Shinawatra, en 2001, et huit fonctionnaires, certains retraités, les autres toujours en activité. Panthep Glanarongran, ancien chef d’une fondation royale pour le développement, a été nommé à la tête de ce groupe anti-corruption. "L’objectif est de réduire au plus vite la corruption parmi les fonctionnaires et les hommes politiques, mais pas particulièrement les ministres du précédent gouvernement", a expliqué à Reuters le juge de la Cour suprême Wicha Mahakhun. Les militaires ont par ailleurs limogé tous les membres de la commission de police que Thaksin Shinawatra présidait personnellement et ont nommé une nouvelle équipe dirigée par le directeur national de la police, qui a participé au putsch.

Thaksin Shinawatra

La recherche d’un nouveau Premier ministre se poursuit. Le chef de l’armée de l’air, Chalit Phukpasuka, a souhaité que ce soit un juriste, car il devra s’atteler à la réforme de la Constitution. "Il faudrait un expert des questions juridiques, car notre objectif est d’amender la Constitution. Quant à l’économie, un vice-Premier ministre peut s’en charger", a dit Chalit Phukpasuka. Des noms circulent : ceux de Supachai Panitchpakdi, ancien dirigeant de l’Organisation mondiale du commerce, du gouverneur de la banque centrale, Pridiyathorn Devakula, et du président de la Cour suprême administrative, Ackaratorn Chularat. Chalit Phukpasuka a confirmé que ce dernier était candidat. Un porte-parole du Conseil de réforme a précisé qu’une décision était proche, parlant d’une annonce d’ici un ou deux jours.

Des soldats à Bangkok, le 22 septembre 2006

Au moment du coup d’Etat, les militaires ont promis de quitter rapidement le pouvoir et de nommer un nouveau Premier ministre dans les quinze jours.

Reuters

Des soldats à Narathiwat, le 22 septembre 2006

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source