retour article original

mercredi 24 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Côte d’Ivoire
AFP, 23 septembre 2006

Côte d’Ivoire : Le pouvoir demande le départ des soldats français


Des soldats français en Côte d’Ivoire

Le parti présidentiel ivoirien, le Front populaire ivoirien (FPI), a maintenu la pression sur la communauté internationale, vendredi 22 septembre 2006, en demandant la dissolution du Groupe de travail international (GTI) sur la Côte d’Ivoire et le départ des troupes françaises.


"Le Front populaire ivoirien est profondément préoccupé par la division du pays qui perdure malgré toutes les concessions politiques faites par le chef de l’Etat, Laurent Gbagbo", a déclaré le président du parti, Pascal Affi N’Guessan, en préambule d’une conférence de presse, à Abidjan. "Le Front populaire ivoirien demande en conséquence la dissolution du Groupe de travail international et le départ du pays de toutes les forces militaires françaises de l’Opération Licorne et du 43e BIMa", a poursuivi M. N’Guessan. "Le Front populaire ivoirien demande que le médiateur de l’Union africaine (le président sud-africain, Thabo Mbeki) soit pleinement et exclusivement chargé du règlement de la crise et soit l’unique interlocuteur du Conseil de sécurité de l’ONU et de la communauté internationale", a ajouté l’ancien Premier ministre ivoirien. "Le Front populaire ivoirien appelle à la mobilisation des militants, les patriotes et démocrates de tous bords afin d’engager dès aujourd’hui avec vigueur et détermination la principale bataille, celle du départ de notre pays des forces armées françaises, forces d’exploitation, d’occupation et d’asservissement. La paix en Côte d’Ivoire est à ce prix", a ajouté Pascal Affi N’Guessan.

Pascal Affi N’Guessan

Enfin, le parti présidentiel a salué la décision du président Gbagbo de ne pas assister à la réunion internationale sur la Côte d’Ivoire, mercredi 20 septembre, au siège des Nations unies, qualifiant cette rencontre de "mascarade". A l’issue de cette réunion, l’ONU, les acteurs et les médiateurs de la crise en Côte d’Ivoire ont laissé aux instances collectives africaines, au premier rang desquelles l’Union africaine, le soin de décider prochainement de l’avenir du processus de paix dans ce pays coupé en deux depuis quatre ans. Une réunion de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest (Cédéao) est prévue début octobre. L’ONU a officiellement confirmé, mercredi 20 septembre, que les élections en Côte d’Ivoire ne pourraient avoir lieu le 31 octobre, comme cela était initialement prévu. Aucune nouvelle date n’a été fixée à ce jour. Le président sud-africain est attendu, lundi 25 septembre 2006, à Abidjan, pour une visite de travail d’une journée. M. Gbagbo a, à plusieurs reprises ces derniers jours, stigmatisé l’échec de la communauté internationale à résoudre la crise dans son pays et a affirmé qu’il était désormais prêt à discuter "mais plus à négocier".

Des soldats français en Côte d’Ivoire

Créé en octobre 2005, le Groupe de travail international comprend des représentants de l’ONU, de l’Union africaine (UA), de l’Union européenne (UE), de divers organismes internationaux ainsi que de l’Afrique du Sud, du Bénin, du Ghana, de Guinée, du Niger, du Nigeria, de la France, du Royaume Uni et des Etats-Unis.

Un soldat français en Côte d’Ivoire

La force française Licorne en Côte d’Ivoire compte 4000 soldats sous mandat onusien chargés de surveiller le cessez-le-feu entre les belligérants, en soutien aux 7000 Casques bleus de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (Onuci). La France dispose également de la base militaire du 43e Bataillon d’Infanterie de Marine (BIMa), située à proximité de l’aéroport d’Abidjan et qui a été attaquée à plusieurs reprises par les partisans du président Gbagbo. Vendredi 22 septembre 2006, le chef d’état-major de l’Armée de terre française, le général Bruno Cuche, a indiqué que Paris réfléchissait aux moyens de réduire le nombre de ses troupes déployées à l’étranger, mais qu’il n’y avait pas à l’heure actuelle de décision de réduction concernant la Côte d’Ivoire.

Agence France Presse

Un soldat français en Côte d’Ivoire

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source