retour article original

lundi 27 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Côte d’Ivoire (1ère partie) : Du 18 février 2004 au 24 décembre (...)

Côte d’Ivoire : Le président Laurent Gbagbo doit rencontrer ses adversaires politiques

par Loucoumane COULIBALY


ABIDJAN (Reuters) - Le président ivoirien Laurent Gbagbo et ses opposants devaient engager dans la soirée des pourparlers pour sortir de la crise politique dans l’ancienne colonie française, a annoncé, lundi 22 mars 2004, le représentant de l’ONU à Abidjan, Albert Tevoedjre.

Il a appelé toutes les parties "à peser massivement de tout leur poids pour qu’une solution adéquate soit trouvée".


Dans l’entourage de Laurent Gbagbo, on confirme que celui-ci devait rencontrer les dirigeants des partis qui avaient prévu de manifester jeudi 25 mars 2004 à Abidjan en dépit de l’interdiction de tout rassemblement.

Une alliance représentant des partis d’opposition et les "forces nouvelles" (appellation officielle de la rébellion), avait appelé, mercredi 17 mars 2004, à une "manifestation monstre" le 25 mars à Abidjan.

Ils reprochent au chef de l’état de ne pas appliquer les accords interivoiriens de Marcoussis, négociés en janvier 2003 sous la férule de la diplomatie française pour mettre fin à la situation de guerre civile en Côte d’Ivoire.

Cette menace avait fait monter d’un cran supplémentaire la tension dans le premier producteur mondial de cacao, où une force de maintien de la paix de l’ONU d’environ 6000 casques bleus doit se déployer à partir du 4 avril 2004.

Les adversaires du président ivoirien estiment que celui-ci refuse d’appliquer les accords de Marcoussis. Ses partisans expliquent que ce plan de paix peut difficilement être mis en oeuvre tant que les rebelles, qui contrôlent toujours la moitié nord du pays, n’auront pas déposé les armes.

La communauté internationale ne peut "tolérer le désordre politique, l’indiscipline administrative ou militaire, les démonstrations politiques directement porteuse de risques de destruction, de casse et de terreur incontrôlable", a souligné Tevoedjre.

Les forces de l’ordre ivoiriennes avaient été placées en état d’alerte maximum, ce week-end, dans le centre d’Abidjan, tandis que des hélicoptères de combat faisaient leur apparition dans le ciel, l’armée craignant une offensive imminente de la part des ex-rebelles.

Loucoumane COULIBALY

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Loucoumane COULIBALY

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source