retour article original

jeudi 27 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Thaïlande
AFP, 25 septembre 2006

Corruption : La junte thaïlandaise à l’abordage du vaisseau Thaksin

par Thanaporn PROMYAMYAI


Un blindé à Bangkok, le 25 septembre 2006

BANGKOK (AFP) - La junte au pouvoir en Thaïlande s’est lancée à l’abordage du vaisseau Thaksin Shinawatra, en concentrant ses salves sur les "actifs suspects" de l’ex-Premier ministre milliardaire et de tous ses proches.

Les généraux ont annoncé, tard dimanche 24 septembre 2006 au soir, la création d’une nouvelle commission d’enquête aux pouvoirs étendus, chargée de se pencher sur la corruption présumée au sein du gouvernement déchu. Celle-ci pourra geler des comptes bancaires et saisir le patrimoine des personnes reconnues coupables d’irrégularités. Cette règle s’appliquera aussi aux membres de leur famille.

Thailand


M. Thaksin, riche homme d’affaires de 57 ans, arrivé au pouvoir en 2001, a été renversé par un coup d’Etat sans effusion de sang, mardi 19 septembre 2006, alors qu’il était à l’étranger. Il a trouvé refuge à Londres. Les putschistes affirment avoir l’assentiment du vieux roi vénéré, Bhumibol Adulyadej, pour administrer temporairement la Thaïlande. "Le Conseil (militaire) pense que certains membres du gouvernement ont abusé de leur pouvoir et causé des dommages à l’ensemble du pays", a déclaré la junte dans un communiqué à la télévision. La commission "enquêtera sur les membres du gouvernement précédent qui possèdent un patrimoine d’importance suspecte, ainsi que sur leurs épouses et leurs enfants".

Bhumibol Adulyadej

Les généraux avaient déjà réactivé, vendredi 22 septembre, la Commission nationale anticorruption (NCCC), organe officiel habilité à mener des investigations sur les dépenses publiques. La NCCC, forte de neuf membres, est présidée par Panthep Klanarongran, un haut magistrat. "Nous allons nous concentrer sur les cas impliquant des responsables politiques", a déclaré, lundi 25 septembre 2006, M. Panthep, confirmant l’orientation des investigations prévues. La junte a également conservé en vigueur deux législations sur la corruption malgré la suspension de la Constitution.

Les membres de la Commission anticorruption, à Bangkok, le 25 septembre 2006

Selon un diplomate étranger anciennement en poste en Thaïlande, les généraux cherchent à justifier le bien-fondé de leur putsch, tout en rendant impossible un éventuel retour sur la scène politique de l’ex-Premier ministre. L’armée cite la "corruption" de M. Thaksin comme l’une des principales causes du coup d’Etat. "Ils veulent discréditer Thaksin, prouver qu’il n’était pas qualifié à gouverner", a déclaré ce diplomate. M. Thaksin avait édifié un empire dans les télécommunications avec son groupe Shin Corp avant son élection. En janvier 2006, sa famille a vendu à une société d’investissement singapourienne l’ensemble de ses parts dans Shin Corp, empochant 1,9 milliard de dollars.

Panthep Klanarongran

L’armée de l’air thaïlandaise et la compagnie Thai Airways ont nié, lundi 25 septembre, que l’ex-Premier ministre ait quitté Bangkok, dix jours avant le putsch, avec un nombre "inhabituel" de bagages. Certaines informations ont affirmé qu’il serait parti avec des valises d’argent liquide. Un responsable des services de l’Immigration a par ailleurs indiqué que l’épouse de M. Thaksin était partie tôt lundi 25 septembre 2006 au matin pour Londres. Pojaman Shinawatra est réputée exercer une forte influence sur les activités de son époux, dont elle possède une bonne part des biens. Le magazine Forbes a évalué la fortune de M. Thaksin à 2,2 milliards de dollars.

Des soldats devant le siège du gouvernement, à Bangkok, le 25 septembre 2006

Tout en ciblant le cercle le plus proche de M. Thaksin, les généraux se méfient du soutien populaire dont jouit encore l’ex-Premier ministre dans les provinces rurales du nord et du nord-est de la Thaïlande. Ils ont démenti, lundi 25 septembre 2006, avoir annulé un système de prêts aux paysans, très populaire sous M. Thaksin. La veille, ils avaient menacé de réprimer les habitants des campagnes qui s’impliqueraient dans des activités politiques.

Thanaporn PROMYAMYAI

Thaksin Shinawatra

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Thanaporn PROMYAMYAI

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source