retour article original

samedi 25 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Gabon
AFP, 2 octobre 2006

Gabon : Hommage à l’explorateur Pierre Savorgnan de Brazza


Pierre Savorgnan de Brazza

L’explorateur français Pierre Savorgnan de Brazza, dont la dépouille a été exhumée, samedi 30 septembre, à Alger, pour être transférée à Brazzaville, a reçu un hommage solennel, dimanche 1er octobre 2006, à Franceville, localité gabonaise qu’il fonda en 1880, a constaté un journaliste de l’AFP.

Gabon


Les restes mortels de cet aristocrate d’origine italienne, qui jeta les fondations de l’Afrique équatoriale française (AEF), et ceux de son épouse et de leurs quatre enfants, sont arrivés par avion, en fin de journée, dans cette ville du sud-est du Gabon. Les présidents gabonais, Omar Bongo Ondimba, et congolais, Denis Sassou Nguesso, ainsi que l’ambassadeur de France à Libreville, Jean-Marc Simon, se sont ensuite recueillis devant les six cercueils, dont l’un, celui de Savorgnan de Brazza, recouvert d’un drapeau français. La fanfare a alors entonné la Marseillaise et les hymnes congolais et gabonais. Les cercueils doivent ensuite rejoindre Brazzaville, la capitale actuelle du Congo, que Savorgnan de Brazza fonda également en 1880 et où ils seront ré-inhumés. Un petit-neveu de Pierre Savorgnan de Brazza, la voix brisée par l’émotion, a remercié les autorités gabonaises et congolaises pour ce transfert réalisé "dans la sérénité et la concorde". Avant cette cérémonie, les présidents Bongo et Sassou, ainsi que l’ambassadeur de France, avaient inauguré une stèle en pierre blanche à l’effigie de De Brazza, sur une plateforme surplombant l’ancienne "Francheville".

Pierre Savorgnan de Brazza au milieu de son escorte, pendant son dernier voyage au Congo

Saluant "un explorateur humaniste dont les choix politiques ont été portés par une passion inassouvie de l’Afrique", le président de la Fondation Pierre Savorgnan de Brazza, le Congolais Aimé Emmanuel Yoka, s’est réjoui de voir respectée sa "dernière volonté" : "retourner en Afrique noire vivre son temps éternel". "Au regard des débats et polémiques actuels sur l’histoire coloniale (ce transfert) constitue un acte de courage et de dépassement", a assuré, dimanche 1er octobre 2006, M. Yoka, estimant que les habitants de la région avaient su "regarder sans passion leur passé avec ses grandeurs et ses zones d’ombre".

Des reliques

Après avoir fondé Francheville, le 13 juin 1880, l’explorateur gagna la cour du roi des Téké, le "makoko" Ilo Ier, avec lequel il conclut, le 3 octobre 1880, un traité impliquant l’établissement d’un protectorat et la cession de son territoire, où verra le jour Brazzaville. Après la décolonisation, Savorgnan de Brazza a continué de jouir d’une image d’humaniste. Des historiens gabonais et congolais réunis ces derniers jours à Franceville ont toutefois préféré voir en lui "un agent de l’impérialisme colonial".

Agence France Presse

Illoy 1er, roi des Tékés, reçoit en grande cérémonie Pierre Savorgnan de Brazza, lors de sa deuxième expédition, en 1880

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source