retour article original

lundi 24 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Côte d’Ivoire
Reuters, 12 octobre 2006

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara propose une présidence collégiale


Vue d’Abidjan

ABIDJAN (Reuters) - Alassane Ouattara, l’un des principaux opposants ivoiriens, a réclamé, jeudi 12 octobre 2006, la création d’un conseil exécutif collégial qui remplacerait le président, Laurent Gbagbo, jusqu’à la tenue d’une élection présidentielle.


Cette proposition du chef de file du Rassemblement des républicains (RDR) intervient alors que les chefs d’Etat d’Afrique de l’Ouest ont proposé, eux, que le mandat du président ivoirien soit de nouveau prolongé de douze mois pour permettre l’organisation du scrutin. Ce mécanisme avait déjà été adopté, en 2005, par le Conseil de sécurité des Nations Unies, qui avait prolongé d’un an le mandat de Laurent Gbagbo, jusqu’au 31 octobre 2006, en le doublant d’un Premier ministre aux prérogatives élargies. Ce délai n’a pas suffi à la Côte d’Ivoire, divisée en deux depuis la tentative de coup d’Etat de septembre 2002, pour organiser de nouvelles élections. Laurent Gbagbo, élu en 2000, affirme que la constitution l’autorise à rester au pouvoir tant que les élections n’auront pas eu lieu. Les recommandations émanant des chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) seront présentées, le 17 octobre 2006, à l’Union africaine. Si elles sont entérinées, elles seront alors soumises au Conseil de sécurité des Nations Unies.

Laurent Gbagbo

Pour les rebelles des Forces nouvelles comme pour l’opposition, il est hors de question de prolonger le mandat de Laurent Gbagbo, et Alassane Ouattara a réclamé, jeudi 12 octobre 2006, que la constitution soit suspendue. "Il n’est pas juste que le chef de l’Etat, un candidat aux élections présidentielles à venir qui n’a aucune légitimité, puisse continuer à mettre en avant la constitution pour s’accaparer le pouvoir et se voie accordé un traitement de faveur par rapport aux autres candidats à la plus haute fonction de ce pays", écrit-il dans un document dont Reuters a pris connaissance. Alassane Ouattara propose donc la création d’un conseil exécutif collégial où siègeraient, outre Gbagbo et lui-même, l’ancien président et opposant Henri Konan Bédié et le chef des rebelles, Guillaume Soro. Ce conseil serait doté d’une présidence tournante.

Reuters

Alassane Dramane Ouattara en compagnie de Henri Konan Bédié et Guillaume Soro

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source