retour article original

lundi 22 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Côte d’Ivoire
AFP, 16 octobre 2006

Côte d’Ivoire : L’opposition appelle à la mobilisation pour le départ de Laurent Gbagbo


Vue d’Abidjan

ABIDJAN (AFP) - L’opposition ivoirienne a rassemblé, dimanche 15 octobre, à Abidjan, plus de 10000 militants, qu’elle a appelés à "la mobilisation permanente" pour réclamer le départ du président, Laurent Gbagbo, au terme de la période de transition actuelle, qui doit s’achever le 31 octobre 2006.


"Vos leaders souhaitent une nouvelle transition sans Gbagbo", a déclaré Alphonse Djédjé Mady, président du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP, qui regroupe les principaux partis d’opposition), en appelant les militants "à se tenir prêts pour répondre à un mot d’ordre" ces jours prochains. "Votre mobilisation sera permanente pour que la communauté internationale prenne une décision qui amènera la paix et aboutira à l’organisation des élections", a lancé M. Mady, en demandant "la suspension de la constitution du pays" qui garantit les pouvoirs de M. Gbagbo. "Vous devez être cette force tranquille, restez dans vos starting-blocks prêts à répondre aux mots d’ordre de vos leaders", a-t-il conclu. M. Mady s’est exprimé devant plus de 10000 militants, a-t-on constaté sur place. Les organisateurs ont de leur côté affirmé avoir rassemblé plus de 40000 personnes. Convoyés par cars depuis les dix communes d’Abidjan, ces militants se sont rassemblés dans le calme dans un stade du quartier populaire de Treichville pour exiger un nouveau cadre institutionnel pour le pays, coupé en deux depuis une tentative de coup d’Etat ratée contre M. Gbagbo, en septembre 2002. "Il faut chasser Gbagbo du pouvoir" ou "Gbagbo, roublardise et reniement érigés en système de gouvernement", pouvait-on lire sur plusieurs banderoles.

Alphonse Djédjé Mady

De son côté, Karamoko Yayoro, président des jeunes du RHDP, a appelé à la mise en place de comités de vigilances dans les quartiers. "Nous n’accepterons pas d’être attaqués. A partir d’aujourd’hui, c’est le début de la fin du règne de Gbagbo", a-t-il annoncé sous les ovations des militants. Créé en mai 2005, le RHDP comprend le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, ancien parti unique, de l’ex-chef d’Etat, Henri Konan Bédié), le Rassemblement des républicains (RDR, de l’ancien Premier ministre, Alassane Ouattara), et deux petits partis, l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI) et le Mouvement des forces de l’avenir (MFA).

Des manifestants réclament le départ de Laurent Gbagbo, à Abodjan, le 15 octobre 2006

Les partis ivoiriens mobilisent leurs militants à l’approche du 31 octobre, terme de la transition définie par la résolution 1633 adoptée en octobre 2005 par l’ONU, qui a prolongé d’un an le mandat de M. Gbagbo pour permettre la tenue d’élections avant le 31 octobre 2006. Les blocages persistants sur le terrain n’ont cependant pas permis d’organiser ces élections et l’ONU a confirmé, samedi 15 octobre 2006, au grand dam des opposants de M. Gbagbo, qu’elle allait accorder un nouveau délai d’un an au chef de l’Etat ivoirien et au Premier ministre, Charles Konan Banny, pour organiser des élections avant la fin octobre 2007, avec des aménagements pour tenter de lever les blocages.

Agence France Presse

Laurent Gbagbo

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source