retour article original

jeudi 20 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Burundi
AFP, 25 octobre 2006

Burundi : Human Rights Watch accuse les services secrets d’au moins 38 exécutions sommaires


Des enfants dans un village

L’organisation Human Rights Watch (HRW) a accusé, mercredi 25 octobre 2006, les services secrets burundais (police présidentielle) d’au moins 38 exécutions extrajudiciaires et de plus de 200 arrestations arbitraires en un an.

Burundi


"Au cours de l’année passée (août 2005 à août 2006), les agents du SNR (service national de renseignement) ont été impliqués dans 38 exécutions extrajudiciaires au moins et dans plus de 200 arrestations arbitraires, dont certaines accompagnées d’actes de torture", dénonce un rapport de l’organisation de défense des droits de l’Homme intitulé "On s’enfuit quand on les voit : Exactions en toute impunité de la part du SNR au Burundi". "De nombreux cas de torture et d’exécutions extrajudiciaires impliquant vraisemblablement des agents du SNR n’ont fait l’objet d’aucun traitement par les autorités gouvernementales", critique également le rapport. "Depuis que le nouveau gouvernement est entré en fonction (en août 2005), le service de renseignement a pu recourir librement à toutes sortes de méthodes, dont le meurtre et la torture, pour atteindre ses objectifs", affirme dans le rapport Alison Des Forges, conseillère principale pour l’Afrique à Human Rights Watch.

Alison Des Forges

"On doit supposer qu’il (le président burundais, Pierre Nkurunziza) est au courant (de ces exactions). Pourquoi il n’agit pas, on ne sait pas", a précisé, mercredi 25 octobre 2006, à l’AFP, Mme Des Forges, qui se trouve actuellement à Bujumbura pour la présentation du rapport. Selon Human Rights Watch, l’administrateur général du SNR rend des comptes directement au président et aucun contrôle indépendant des activités de renseignement n’est effectué. "Nous demandons au président (burundais) de donner des ordres clairs et fermes pour que ces abus cessent et pour que les responsables soient traduits en justice", a-t-elle réclamé. Le responsable du SNR dans la province de Muyinga est écroué depuis environ un mois dans le cadre d’une enquête sur des exécutions sommaires de militants d’opposition dans un camp militaire, en juin et juillet 2006. "C’est de bon augure (...) reste à voir si les poursuites vont aller jusqu’au bout", a commenté Mme Des Forges.

Pierre Nkurunziza

Le Burundi tente de sortir de treize ans de guerre civile entre les rebelles hutus et l’armée, jusqu’à récemment dominée par la minorité tutsie. Ce pays est aujourd’hui dirigé par un gouvernement dominé par l’ex-principale rébellion hutue des Forces pour la défense de la démocratie (FDD), vainqueur des élections générales de 2005. Des associations de la société civile et l’opposition ont à plusieurs reprises ces derniers mois accusé le pouvoir burundais d’atteinte aux droits de l’Homme et de violation de la liberté d’expression.

Agence France Presse

Des rebelles du CNDD-FDD rendent leurs armes aux soldats de l’ONU, près de Macamba, le 3 février 2005

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source