retour article original

jeudi 23 février 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Côte d’Ivoire
AFP, 2 novembre 2006

Côte d’Ivoire : L’ONU donne des pouvoirs élargis au Premier ministre

par Hervé COUTURIER


Vue d’Abidjan

NEW YORK (AFP) - Le Conseil de sécurité de l’ONU a reconduit, mercredi 1er novembre 2006, pour un an, le président ivoirien, Laurent Gbagbo, et son Premier ministre, Charles Konan Banny, en donnant des pouvoirs très élargis à ce dernier pour mener le pays à des élections. Le Conseil a pris cette décision dans une résolution adoptée à l’unanimité de ses quinze membres, qui prend le numéro 1721.


Dans cette résolution, rédigée par la France, le Conseil de sécurité "fait sienne la décision du Conseil de paix et de sécurité (CSP) de l’Union africaine, selon laquelle le président Gbagbo doit rester chef de l’Etat à partir du 1er novembre, pour une nouvelle et dernière période de transition ne devant pas excéder un an". Il prend la même décision concernant le maintien au poste de Premier ministre de M. Konan Banny, ajoutant que, conformément à la décision du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine, ce dernier "ne sera pas habilité à se présenter à l’élection présidentielle". La résolution affirme également que M. Banny "devra avoir tous les pouvoirs nécessaires, toutes les ressources financières, matérielles et humaines voulues et une autorité totale et sans entraves, en conformité avec les recommandations de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest. Lassé des atermoiements de la classe politique ivoirienne, le Conseil de sécurité a suivi les recommandations de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest et du secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, afin de renforcer les pouvoirs de Konan Banny, personnalité jugée impartiale par la communauté internationale.

Charles Konan Banny en compagnie de Laurent Gbagbo

Initialement prévue mardi 31 octobre, l’adoption du projet de résolution rédigé par la France avait dû être reportée de vingt-quatre heures, afin de permettre à Paris de rallier les grandes puissances du Conseil de sécurité à son texte sur une nouvelle phase de transition politique en Côte d’Ivoire, son ancienne colonie. Trois des cinq "Grands" du Conseil -la Chine, les Etats-Unis et la Russie-, ainsi que la Tanzanie, reprochaient au texte de trop empiéter sur la souveraineté ivoirienne. Ces quatre pays se seraient abstenus, lors du vote, si Paris avait voulu passer en force, mardi 31 octobre au soir, selon des diplomates. La résolution aurait été adoptée, mais ces quatre abstentions n’auraient pas manqué d’être interprétées en Côte d’Ivoire comme un signe de faiblesse de la communauté internationale. Toujours selon des diplomates, la France a été contrainte, en conséquence, de proposer de nouveaux amendements à son texte. Une réunion a eu lieu, mercredi 1er novembre 2006 au matin, à la mission française auprès de l’ONU, pour discuter de ces points et trouver un consensus entre les membres du Conseil de sécurité.

Le Conseil de sécurité de l’ONU

Malgré une cascade de médiations internationales, la situation de la Côte d’Ivoire est figée depuis septembre 2002 et une tentative de coup d’Etat contre Laurent Gbagbo. Le nord rebelle et le sud contrôlé par le président sont séparés par 3500 soldats français et 7000 Casques bleus de l’ONU. La tension reste vive entre les partisans de Laurent Gbagbo et ses opposants, comme en témoignent des affrontements survenus, mercredi 1er novembre 2006, dans un quartier d’Abidjan ayant fait au moins un mort.

Hervé COUTURIER

Des soldats marocains de l’ONU à Tiébissou, le 5 novembre 2004

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Hervé COUTURIER

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source