retour article original

vendredi 23 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Italie Silvio Berlusconi
AFP, 22 novembre 2006

Corruption : Un documentaire accuse Silvio Berlusconi d’avoir truqué en vain les élections


Silvio Berlusconi

ROME (AFP) - Sept mois après la courte victoire de Romano Prodi aux élections législatives italiennes, deux journalistes de gauche ont projeté, mercredi 22 novembre au soir, en avant-première un documentaire dans lequel ils accusent Silvio Berlusconi d’avoir truqué, en vain, les élections d’avril 2006.

Italia


Dans "Tuez la démocratie !", Enrico Deaglio, directeur de l’hebdomadaire de gauche "Diario", et Beppe Cremagnani, journaliste et auteur télévisé, reviennent sur la longue nuit de confusion du 10 avril 2006 où la victoire du centre-gauche n’avait été annoncée que douze heures après la fermeture des bureaux de vote. Elément central des auteurs pour étayer leur thèse de la "magouille", l’effondrement du nombre de bulletins blancs entre les élections législatives de 2001 et celles de 2006 : ce chiffre serait passé de 1692000 à 445500 sur l’ensemble du pays. Mais cette donnée reste encore aujourd’hui invérifiable car, autre "bizarrerie" relevée par MM. Deaglio et Cremagnani, les chiffres définitifs des élections n’ont jamais été publiés, contrairement aux pratiques en vigueur.

Romano Prodi

Les auteurs affirment qu’un petit programme informatique, inséré dans le système de transmission du ministère de l’Intérieur, transformait une partie des votes blancs en voix pour la coalition de Silvio Berlusconi. Pour eux, cela expliquerait pourquoi les sondages sortis des urnes avaient donné une victoire confortable à Romano Prodi (50 % à 54 % des votes contre 45 % à 49 % pour Silvio Berlusconi) et que cette avance a été régulièrement grignotée tout au long de la nuit, pour aboutir à une faible victoire du centre-gauche avec quelque 24000 voix. "Nous ne nous appuyons pas sur des impressions mais sur des faits réels", a expliqué Beppe Cremagnani à l’issue de la projection devant une salle comble. "Comment expliquer, sinon, que Berlusconi ait ordonné le changement de quatorze préfets un mois avant l’élection ? Pourquoi a-t-il changé la loi électorale quelques mois avant ? Pourquoi le ministre de l’Intérieur, Giuseppe Pisanu, a-t-il passé une grande partie de la nuit des résultats chez Berlusconi et non pas au ministère ?", s’est-il interrogé.

Agence France Presse

Giuseppe Pisanu

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source