retour article original

samedi 29 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Israël
24 heures.ch, 18 janvier 2007

Corruption : L’Etat israélien vacille sous les scandales

par Ouri DANIEL


Vue de Tel-Aviv

Dans l’œil du cyclone, suite aux ratés de la guerre contre le Hezbollah chiite libanais cet été, le général Dan Halutz, chef d’état-major de l’armére israéàlienne, a démissionné. Et beaucoup d’Israéliens exigent du ministre travailliste de la Défense, Amir Peretz, qu’il emboîte le pas, car ils l’estiment incompétent. Sa gestion fait l’objet d’un prochain rapport intérimaire d’une commission gouvernementale d’enquête.

Amir Peretz en compagnie de Dan Halutz


Plus inquiétant : le premier ministre, Ehud Olmert, est dans le même temps éclaboussé par les scandales. Le procureur de l’Etat a ordonné à la police de l’interroger « sous avertissement », c’est-à-dire en le prévenant que ses propos pourront être utilisés contre lui, sur un « délit d’initié ». En 2006, alors ministre par intérim des Finances, il serait intervenu pour que ses amis, Franck Lowy et Daniel Abrams, puissent reprendre le capital de la Banque Leumi, lors d’une privatisation. Ces deux hommes d’affaires ont finalement décliné l’appel d’offres, sans dissiper le parfum du scandale. Ehud Olmert est aussi suspecté de nominations abusives lorsqu’il était ministre du Commerce et de l’Industrie (2003-2006), et de pots-de-vin à son ami, l’avocat Uri Messmer. Il aurait en outre signé des contrats immobiliers douteux, et jadis financé illicitement sa campagne pour la mairie de Jérusalem. Jusqu’ici, il a sorti son épingle du jeu, se gagnant une solide réputation de « suspect en série ». Cette fois, c’est une lente torture qui l’attend, et la question est de savoir s’il peut continuer à assumer ses exigeantes fonctions. Las des relents délétères entourant le pouvoir, ses compatriotes le désavouent ­totalement, selon les sondages. La directrice de son cabinet, Shoula Zaken, est ainsi interrogée sur son rôle dans une énorme affaire de corruption impliquant la haute hiérarchie du fisc, un des piliers de l’Etat. Des centaines de dossiers sont ouverts : dettes épongées, dégrèvements, prébendes, faveurs.

Ehud Olmert

La presse parle de « crime organisé » rappelant « le Chicago des années 1920 ». En 34e position sur la liste de la corruption mondiale établie par Transparency International, Israël n’en finit pas d’écarquiller les yeux à la rubrique « scandales ». Le ministre des Finances, Avraham Hirshson, risque d’être entendu pour vol, fraude aggravée, tentative de crime et blanchiment d’argent. Tsahi ­Hanegbi, autre proche d’Ehud Olmert et président de la commission parlementaire des Affaires étrangères et de la ­Défense, est poursuivi pour des soupçons voisins. Le commandant Yaacov ­Borovsky, lui, aurait jadis tenté de monnayer sa nomination à la tête de la police contre une attitude « bienveillante » sur des casseroles traînées par l’ex-premier ministre, Ariel Sharon. ­Encore plus affligeant : des poursuites devraient bientôt être engagées contre le président de l’Etat, Moshé Katsav, soupçonné de viol et harcèlement sexuel contre au moins deux anciennes employées.

Ouri DANIEL

Moshe Katsav

AUTEURS 

  • Ouri DANIEL

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source