retour article original

jeudi 27 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Russie
Le Monde, 15 février 2007

Corruption : Mikhaïl Khodorkovski dénonce la situation en Russie

par Mikhaïl KHODORKOVSKI


Vue du siège de Ioukos à Moscou

Aujourd’hui, 7 février 2007, au centre de détention de Tchita (Sibérie), mon ami Platon Lebedev et moi-même avons été à nouveau inculpés sous des chefs d’accusation infondés et absurdes. Les prochaines étapes sont prévisibles : fausses preuves, déclarations de pseudo-témoins effrayés ou manipulés, et, au finale, un verdict de culpabilité. Tout cela est une farce lamentable sans rapport avec l’Etat de droit. La raison de ces actions est passablement évidente. Les personnes qui ont inventé l’"affaire Khodorkovski" afin de voler Ioukos, l’entreprise la plus prospère de Russie, ont peur de me voir libéré et veulent s’assurer contre la possibilité de ma libération conditionnelle.

Russia


Ces misérables semblent croire que ce que l’on pensera d’eux -et le verdict de l’histoire- et de leurs actions dépend à nouveau d’un verdict manipulé du tribunal Bassmany-Meshansky. Ils ne comprennent pas que tout cela va dégrader davantage leur situation, non seulement pour eux, mais aussi pour leur "patron", Vladimir Poutine. Et je ne suis pas sûr du tout qu’il les remerciera pour cela. Ils ont pourtant une autre solution, une stratégie qui leur permettrait de sauver leurs intérêts à moyen et long terme. Leur seule chance est un transfert démocratique du pouvoir en Russie par le moyen de nouvelles élections honnêtes et transparentes par lesquelles un nouveau président serait élu dans notre pays. Et cette personne ne devra rien avoir en commun avec la gigantesque entreprise de corruption qui paralyse la Russie aujourd’hui, une personne pour qui l’indépendance de la justice ne serait pas qu’une expression vide de sens.

Vladimir Poutine

Mon rôle dans les événements à venir est de démontrer que la Russie est aujourd’hui un pays où l’Etat de droit n’est qu’une apparence, où le système judiciaire, y compris dans ses prolongements internationaux, est fait sur mesure, non pas seulement pour lutter contre la criminalité, mais surtout pour servir les seuls intérêts politiques et personnels d’officiels corrompus. Des accusations fausses lancées par les autorités politiques sont validées par les enquêteurs puis entérinées par le tribunal. Et l’élite actuelle n’éprouve aucune honte. Le tribunal, devenu partie intégrante de la "verticale du pouvoir", rendra sans doute un verdict de culpabilité. Je n’en ai pas peur. Le nombre d’années que l’on prétend me faire passer en prison sous de fausses accusations change-t-il quelque chose ? De toute façon, aucune personne décente dans le monde ne croirait mes persécuteurs, les partisans d’une deuxième condamnation contre moi. Mon destin personnel et celui de Platon Lebedev ne dépendent que de la destinée de notre pays et du nouveau visage qu’il présentera après le changement de pouvoir, en 2008. Je persiste à croire que la vérité et la justice finiront par triompher.

Mikhaïl KHODORKOVSKI

Mikhaïl Khodorkovski

AUTEURS 

  • Mikhaïl KHODORKOVSKI

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source