retour article original

dimanche 26 février 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Guinée
AFP, 25 février 2007

Guinée : Lansana Conté accepte de changer de Premier ministre


Vue de Conakry, le 10 février 2007

CONAKRY (AFP) - Le président guinéen, Lansana Conté, a accepté de remplacer son Premier ministre, Eugène Camara, pour mettre fin à la crise qui secoue la Guinée, en choisissant son successeur parmi cinq candidats proposés par les syndicats et la société civile, a annoncé, dimanche 25 février 2007, un responsable syndical.

Guinée


Les syndicats ont lancé, le 10 janvier, une grève générale illimitée qui a été accompagnée par une vague de contestation contre le pouvoir durement réprimée, qui a fait au moins 113 morts. La grève générale avait été suspendue, fin janvier, les syndicats ayant obtenu la promesse de la nomination d’un Premier ministre de "consensus". Mais le choix, le 9 février, d’Eugène Camara, jugé trop proche du président Conté, a été suivi d’une nouvelle vague de violences et de la reprise de la grève. L’état de siège, instauré le 12 février, a été levé, vendredi 23 février 2007 au soir, les députés, pourtant majoritairement acquis à M. Conté qui en avait demandé l’extension, ayant refusé de le proroger. Les syndicats réclament la nomination d’un nouveau Premier ministre avant de mettre fin à leur mouvement.

Vue de Conakry, le 22 février 2007

"Eugène Camara n’est plus Premier ministre", a déclaré Ibrahima Fofana, le secrétaire général de l’Union nationale des travailleurs de Guinée (USTG), l’une des deux centrales syndicales à l’origine de la grève générale illimitée déclenchée le 10 janvier. "Le président Conté a accepté un scénario de sortie de crise prévoyant la nomination, d’ici le 2 mars 2007, d’un Premier ministre de consensus qui sera choisi parmi des candidats, dont trois ont été choisis par les syndicats et deux par la société civile", a-t-il ajouté. A l’issue d’une réunion de "conciliation" convoquée par des médiateurs régionaux, Ibrahima Fofana a précisé que ce "scénario" prévoyait la "suspension immédiate" de la grève, qui doit toutefois être entérinée par un vote.

Vue du marché aux poissons de Conakry, le 23 février 2007

Les responsables des syndicats se sont réunis, à huis clos, au Palais du peuple, siège de l’Assemblée nationale, avec des représentants des partis politiques, de la société civile et des institutions républicaines ainsi que des dignitaires religieux. L’ex-président nigérian, Ibrahima Babangida, à la tête, depuis jeudi 22 février, d’une médiation de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest (Cédéao), participait à la rencontre avec le président de la Commission de l’organisation régionale Mohamed Ibn Chambas. Ils ont appelé à la réunion de dimanche 25 février après une rencontre, samedi 24 février 2007, avec le président Conté. Le chef de l’Etat a, selon M. Chambas, "encouragé la Cédéao à poursuivre la négociation" et à créer "les conditions d’un bon dialogue". Selon plusieurs participants, la question du remplacement du Premier ministre devait être au centre des discussions.

Agence France Presse

Vue de Conakry, le 24 février 2007

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source