retour article original

lundi 27 février 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Guinée
AFP, 27 février 2007

Guinée : Lansana Kouyaté nommé Premier ministre


Le cadavre d’un manifestant tué, à Conakry, le 22 janvier 2007

CONAKRY (AFP) - La Guinée se rapprochait, lundi 26 février 2007, d’une sortie de crise, avec la nomination comme Premier ministre du diplomate Lansana Kouyaté, conformément à la promesse faite aux syndicats par le président, Lansana Conté, pour mettre fin à la contestation qui secoue le pays depuis un mois et demi.

Guinée


"Le président de la République décrète que M. Lansana Kouyaté (...) est nommé Premier ministre, chef de gouvernement, en remplacement de M. Eugène Camara, appelé à d’autres fonctions", selon un décret présidentiel lu, lundi 26 février au soir, à la radio-télévision publique. M. Kouyaté a été choisi parmi quatre candidats proposés par les syndicats et la société civile conformément à un accord conclu, dimanche 25 février 2007, avec les autorités sous l’égide de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Des Guinéens viennent identifier les cadavres de proches à la morgue de Conakry, le 23 janvier 2007

Le nouveau Premier ministre assumera la fonction de chef du gouvernement, rôle rempli par le chef de l’Etat depuis l’indépendance de l’ancienne colonie française en 1958. Doté de ces pouvoirs élargis, M. Kouyaté, ancien secrétaire exécutif de la CEDEAO de 1997 à 2001, aura pour lourde tâche de relever un pays de 9,4 millions d’habitants, qui est au plus mal économiquement et qui doit sortir d’une grève générale illimitée qui paralysait l’activité depuis plusieurs semaines. Agé de 56 ans, le nouveau pensionnaire de la Primature a fait l’essentiel de sa carrière dans la diplomatie. Il a notamment occupé un poste de sous-secrétaire général de l’ONU entre 1994 et 1997 et représente, depuis 2003, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) en Côte d’Ivoire. Aperçu à plusieurs reprises, ces derniers jours, à Conakry, il entretient de bons rapports avec le président Conté, au pouvoir depuis 1984, qui devra valider les décrets de son futur gouvernement. Un membre de son entourage joint par téléphone à Abidjan a annoncé à l’AFP que "M. Kouyaté (serait) à Conakry dans les 24 ou 48 heures et fera sa première déclaration à ce moment-là".

Lansana Kouyaté

A l’issue d’une réunion de "conciliation" convoquée dimanche 25 février 2007, le chef de l’Etat, 72 ans, avait accepté de remplacer son Premier ministre contesté, Eugène Camara, et de choisir son successeur, avant vendredi 2 mars, parmi les candidats des syndicats et de la société civile. Dans cette attente, les syndicats avaient décidé de suspendre, dès mardi 27 février, la grève générale illimitée lancée le 10 janvier. La nomination, le 9 février 2007, de M. Camara, avait déclenché la colère des syndicats, qui avaient réactivé leur mouvement après une première suspension, considérant que M. Conté avait violé l’accord politico-social conclu le 27 janvier. La vague de contestation, durement réprimée, qui a accompagné la grève générale a fait au moins 113 morts, des civils pour l’essentiel, depuis début janvier. Pour s’assurer du respect des engagements des autorités, l’ex-chef de l’Etat nigérian, Ibrahima Babangida, qui a mené une médiation décisive au nom de la CEDEAO, doit revenir, vendredi 2 mars 2007, à Conakry, afin d’y rencontrer M. Conté.

Vue de Conakry, le 22 février 2007

Le dernier jour de la grève générale a été très bien suivi, lundi 26 février 2007, dans l’ensemble du pays, où ont été organisés des offices religieux consacrés aux victimes de la répression policière des dernières semaines. Dès l’annonce, à la radio nationale, de la nomination de M. Kouyaté, des milliers de personnes ont envahi les rues de la banlieue de la capitale guinéenne, particulièrement touchée par les violences qui ont marqué la contestation populaire contre le régime. Dans plusieurs villes de l’est du pays, dont Kankan, Siguiri et Kouroussa, des manifestations spontanées ont également été signalées par des témoins joints au téléphone par l’AFP. "Le peuple a gagné ! Lansana Conté a reculé", scandait notamment la foule en liesse, à Kouroussa, d’où est originaire la famille du nouveau chef du gouvernement.

Agence France Presse

Lansana Conté

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source